Vue d'ensemble - Filler Guide


> Angel Heart

Genre : action / drame / policier
Anime : 2005~2006, 50 ép (2)
Manga : 2001~2010, 33 vol
Auteur : Tsukasa Hojo




I] Jusqu'où la série adapte-t-elle le manga (de Tsukaja Hojo, l'auteur de City Hunter) ?
Pas de spoiler :

La série reprend le manga jusqu'au chapitre 198, soit le dernier du volume 18. Tout ce qui est repris l'est de manière fidèle. L'équivalent de 2 ou 3 tomes (jusqu'au 18ème) n'a pas été adapté (des histoires avec Saeko ou Umibozu). Le 24ème épisode est un épisode résumé, en chanson, et est donc tout simplement inutile.


II] Mon avis sur l'anime Angel Heart ?
Léger spoiler :

La première question qui vient à l'esprit est : que serait ce titre sans la réputation de City Hunter ? Même si l'auteur a pris la peine dès le début de signifier au lecteur qu'Angel Heart n'est pas la suite de City Hunter, de bien nombreux éléments scénaristiques sont communs aux deux titres : les personnages principaux, une bonne partie de leurs caractéristiques, le contexte, etc. Il y en a tellement (on reste sur la série) qu'il serait plus simple finalement de dire que c'en est une suite (même si la rencontre entre Ryo et Kaori est totalement différente dans les deux manga).

L'histoire prend place des années après City Hunter et nous nous retrouvons avec un Ryo Saeba (Nicky Larson) avec quelques rides et moins vif qu'auparavant, le poids des années se faisant sentir. Qu'en est-il de sa partenaire Kaori (Laura) ? Elle a perdu la vie lors d'un accident et il se trouve que son coeur (elle était donneuse) finit par être transplanté, après avoir été volé, chez une jeune mercenaire à tendance suicidaire. Tout ceci est raconté dès le début de la série. Toute l'intrigue repose sur la relation entre cette ex-mercenaire adolescente, le coeur de Kaori (ou son esprit qui vit à travers), Ryo, leur passé et comment ils envisagent leur avenir. Si City Hunter la série était des plus répétitives mais tournée sur la comédie et donc toujours plus ou moins intéressante à suivre (un peu comme les Simpson), Angel Heart c'est presque le même topo mais en enlevant tout l'humour. Certes, on se doutait bien qu'avec une Kaori morte et une jeune transplantée troublée par son nouveau coeur, on n'allait pas retrouver tous les gags ou l'esprit d'antan. Mais la question du début n'en est pas moins légitime : enlevez tous les personnages de City Hunter d'Angel Heart et que reste-t-il ? Réponse : des histoires répétitives, sans musiques particulièrement efficaces (surtout si on compare à City Hunter), dans une ambiance plutôt quelconque.

Ensuite, il faut bien se rendre compte d'une chose : que l'on aime ou pas ce genre de série, elle est lente. Là aussi, cela n'empêche pas des gens d'aimer les séries lentes. Je ne pense pas que le studio soit ici à blâmer, puisqu'il a adapté en moyenne 3 chapitres par épisode, ce qui représente à mes yeux la moyenne idéale (hors shonen sportifs). On peut dire que l'introduction s'étale sur les 6 premiers épisodes (limite basse) ou carrément sur les 13 premiers (limite haute). Cette remarque s'adresse en particulier à celles et ceux qui visionnent un ou deux épisodes d'une série pour s'en faire un avis et se demandent ensuite si ça vaut la peine de continuer ou non. Pour Angel Heart, il faut donc visionner au moins 6 épisodes pour atteindre un premier palier. Dans les grandes lignes, la série se divise en 2 parties : les 23 premiers épisodes et les 26 derniers. La 2ème partie est constituée d'intrigues indépendantes pouvant aller jusqu'à 3 épisodes. Certains auront peut-être du mal à supporter une heure d'épisodes sur la même intrigue pas franchement passionnante.

Enfin, le troisième point qui semble le plus problématique. Si les deux qui précèdent ne sont qu'une question de goûts, celui-ci ne souffre d'aucune nuance de jugement : le personnage de Ryo Saeba est parfois salement dessiné ! Cela a été dit plus tôt, mais le contexte se situe des années après City Hunter. Kaori est morte. Ryo n'a lui plus le look de ses jeunes années, propre à City Hunter et où il faisait office de séducteur compulsif. En cela, le design de l'anime est fidèle à celui du manga, donc on aime ou on n'aime pas, mais le studio n'y est pour rien. Là où il est coupable en revanche, c'est en réalisant par moment des design tout simplement foireux de Ryo, notamment dans les premiers épisodes. Où on se demandera si c'est bien le Ryo que l'on a connu dans City Hunter ou bien une parodie. Cela fait penser, dans une moindre mesure, aux ratages qu'a connu l'anime B'T X dans 2 ou 3 épisodes. Pour le coup, pour ceux qui ne sont pas spécialement emballés par l'histoire, c'est le genre de chose qui ne pardonne pas.

Pour conclure, Angel Heart est un titre bien spécial. City Hunter était (très) répétitif, surtout à en juger par ses 36 volumes. Mais que dire d'Angel Heart, qui reprend le même univers en s'étalant sur (désormais plus de) 33 volumes ? Dans la mesure où il faut nécessairement avoir vu City Hunter pour comprendre les références présentes dans Angel Heart, et surtout les sentiments que peuvent ressentir les personnages (Saeko, Ryo, Umi) face à certaines situations, on peut affirmer que le passage de l'un à l'autre n'est pas si évident ou naturel que ça. Pour résumer, on peut se demander où se situerait l'intérêt de la série City Hunter (et ses 140 épisodes), si elle était dénuée d'humour, privée de ses scènes d'action ou d'émotion avec ses musiques cultes, et si Ryo faisait équipe avec Kaori à qui il manquait un oeil et une main (pour faire comprendre le côté "situation qui empêche de rire"). C'est peut-être bien pour ça qu'Angel Heart ne fait pas plus de 50 épisodes après tout...


III] Que donnent le doublage et l'adaptation par rapport à City Hunter ?
Pas de spoiler :

Cette série reprenant les personnages principaux de City Hunter (Nicky Larson), la logique aurait voulu que les comédiens doubleurs reprennent leur rôle. Concrètement, Vincent Ropion (Nicky Larson) est bien de la partie. Et c'est à peu près tout pour les anciens rôles. Umibozu / Falcon / Mammouth est doublé par Benoît Allemane, la voix de l'acteur Morgan Freeman ou d'Alex Louis Armstrong dans Fullmetal Alchemist. On retrouve la voix de Julie du collège fou fou fou pour divers rôles féminins secondaires.

Du côté de l'adaptation, les noms sont les noms originaux (Kaori Makimura, Ryo Saeba, Umibozu, Saeko), et nous avons même droit en français aux fameux "mokkori" (issue de City Hunter), à quelques reprises.