Vue d'ensemble - Filler Guide


> Black Lagoon

Genre : action, mercenaires
Anime : 2006~2011, 29 ép (2)
Manga : 2002~2014, 10+ vol
Auteur : Rei Hiroe




I] Jusqu'où la série adapte-t-elle le manga ?
Pas de spoiler :

La série, à laquelle on ajoute les 5 OAV, adapte de manière fidèle les 9 premiers tomes du manga. Il n'y a ni filler, ni épisode résumé.


II] Mon avis sur l'anime Black Lagoon.
Léger spoiler :

Black Lagoon est clairement une série que vous apprécierez ou détesterez. En général, on aime ou pas, mais on va rarement jusqu'à détester. On peut ne pas apprécier des titres comme Samurai Champloo ou Cowboy Bebop, mais parfaitement comprendre qu'ils puissent intéresser. Pour Black Lagoon, c'est beaucoup plus difficile. Alors pour faire simple, citons les points litigieux :

- Pas la moindre intrigue générale : on se contente donc de suivre bêtement les aventures proposées...

- C'est vulgaire à souhait (vf) ! Samurai Champloo avait mis la barre assez haut, mais ici on crève carrément le plafond. Etait-ce un concours ? Le personnage de Rebecca ne peut pas aligner 2 phrases sans les ponctuer de vulgarité. Et lorsqu'elle rencontre son alter ego féminin (épisode 12), nos oreilles se mettent à saigner.

- Des clichés en veux-tu en voilà. Toujours concernant Rebecca, qui au niveau du look rappelle furieusement Faye Valentine de Cowboy Bebop. Mais ce n'est pas tout : sa façon d'aller dégommer du méchant par paquet de 12 met franchement minables des pointures du domaine commme Spike (Cowboy Bebop) ou Ryo Saeba (City Hunter). Même s'il est vrai que ses ennemis ne sont pas très futés, comme ce pauvre type qui raconte sa vie au lieu de la tuer (sans doute une référence à une scène du film "le bon, la brute et le truand").

- Il n'y a pas une once d'humour.

- Quand bien même c'est souvent surréaliste au possible : la servante des épisodes 8 à 10 (avec un clin d'oeil à une scène du film Terminator 2, celui-ci étant même cité) qui nous la joue façon T-1000; les 2 gamins insupportables du même tonneau (épisodes 13 à 15); les épisodes 4 à 6 caricaturaux (avec un clin d'oeil au film "Usual Suspects" ?). Si au moins c'était drôle. Mais en l'absence totale d'humour, on se met à se demander si on doit prendre le tout au premier degré, ou si quand un personnage cite le film Terminator, on doit y voir un indice indiquant que... Impossible de savoir.

Alors que cette série commençait pas trop mal, avec ses deux premiers épisodes regardables, on part très vite côtoyer l'absurde, le second degré (sans humour), le foutage de gueule...

On espère un temps enfin aborder l'intrigue générale, de quoi éviter le naufrage, alors on essaie de supporter les états d'âme de Rebby, sa vulgarité, son maniement des armes et son insouciance, son comportement plus-cliché-tu-meurs au coeur de l'action. On essaie de supporter la servante plus forte que le T-1000 (quoiqu'elle est plus sensible à un combat à mains nues qu'à une explosion ^^), les gamins têtes à claques plus forts que Rambo, les scènes sans queue ni tête, et puis... et puis on se rend à l'évidence : Black Lagoon est un dessin animé parodique de (presque) la première à la dernière seconde. Il caricature des films, des personnages d'anime, des situations, des comportements, des tenues... Rebecca nous dit même à plusieurs reprises tout le bien qu'elle pense des films made in Hollywood.

En définitive, Black Lagoon, tu aimes ou tu détestes. Mais dans tous les cas, il est impératif de le prendre au 10ème degré, comme on le ferait en regardant un épisode des Simpson ou du collège fou fou fou. Strictement rien n'est à prendre au sérieux. Malheureusement, dans la mesure où il n'y a pas la moindre trace d'humour, l'intérêt est du coup très vite limité. Tout ce qu'on peut reprocher à Black Lagoon, c'est de ne prévenir personne en prenant un tel titre : qui pourrait deviner qu'il rime avec "attention, débranchez vos cerveaux avant de visionner, svp" ? Avec un titre plus parlant, nul doute que la critique aurait été plus indulgente. Après tout, personne n'a encore reproché au collège fou fou fou d'être un dessin animé complètement idiot, non ?

Naturellement, ce titre n'est normalement pas destiné à un jeune public (violence et vulgarité). Mais on peut se demander ce que les autres pourraient bien lui trouver.

Finalement, le seul point positif de cet anime réside dans la musique (mélancolique) du générique de fin. Qui penserait avec un tel générique à un anime de ce style ? Concernant les personnages, celui de Balalaika sort tout de même nettement du lot, même si son côté sanguin (tendance impitoyable et plein de ressources) aurait mieux rendu si 80% des autres protagonistes ne l'étaient pas déjà exagérément eux aussi.


III] Tu crois pas que t'y vas un peu fort ?!
Très léger spoiler :

Evidemment, il est facile de piocher ça et là des avis concordants, pour donner plus de poids à nos propres arguments. Même si cette démarche est discutable donc, puisqu'on peut faire la même chose en sens inverse, vous trouverez ci-après l'avis de Proteus (un contributeur), du site animeka :

"[...] Malheureusement, Black Lagoon n'est pas ce que l'on peut appeler un animé intéressant. En effet, cet animé possède une histoire peu convaincante et non crédible surtout comme le fait que Rock (super le surnom) devient aussi vite un mercenaire (oui c'est vrai, moi aussi, simple ouvrier, peut aussi faire partie d'une bande de tueurs). Tout n'est que poudre aux yeux et violence gratuite sans aucune morale (ce qui plaira à coup sûr aux écervelés) et pire encore, certains personnages trop surjoués. Par exemple, Rebecca (même si elle est charismatique) fait office de Terminator modèle 1.0.1, invincible et sans coeur tandis que Roberta fait office de T-1000 capable de survivre à n'importe quel accident. Niveau scénario, c'est une catastrophe, on ne compte plus les scènes répétitives, pas dans le sens où l'on voit 100 fois les mêmes images mais plutôt dans le sens où les actions reviennent au même (bang !! bang !! et c'est tout). Enfin, même si les musiques de génériques déchirent, niveau images, ils auraient pu trouver mieux... Un animé à voir si vous aimez les séries d'action où ça pète de partout mais dont l'histoire est sans crédibilité ainsi que des personnages sans grand intérêt" (fin de citation).

Le problème finalement, c'est que si (d'aventure) on ne peut plus dire qu'une série est complètement débile de peur que cela heurte certaines personnes qui au contraire l'adorent, alors on ne peut plus rien dire du tout, ni user de comparaisons. Notre bon vieux Tahiti Bob dans les Simpson faisait d'ailleurs part d'une amusante remarque, face à un programme télé qu'il jugeait consternant : "Le critique de Télé Guide a adoré ce feuilleton et c'est moi qu'on a mis en prison !". Mais comme déjà dit plus d'une fois, ces avis ne représentent que leur auteur. Le côté positif, c'est qu'avec un anime comme Black Lagoon, on peut juger rapidement des goûts des gens (comme avec One Piece).