Vue d'ensemble - Filler Guide


> Card Captor Sakura

Genre : magical girl / romance
Anime : 1998~2000, 70 ép (6)
Manga : 1996~2000, 12 vol
Auteur : CLAMP




I] L'anime est-il fidèle au manga ?
Pas de spoiler :

Oui et non. Oui, parce que le principe de la capture de cartes est fidèlement retranscrit, même si cela a été l'occasion pour le studio de rajouter facilement une vingtaine d'épisodes fillers. Non, parce que si vous croyez que le thème principal du manga est cette capture de cartes, vous vous trompez sur toute la ligne (cf. spoiler suivant). Dans le manga, ces cartes magiques que l'héroïne doit capturer ne sont rien de plus qu'une façade ou un prétexte pour mettre en avant le point de vue personnel des auteurs par rapport à certains sujets de société, auprès d'un jeune public. Ou présenté autrement, de la propagande déguisée à laquelle on adhère ou non. Ceci étant dit, par rapport à l'intrigue des cartes, l'anime n'adapte pas un passage important de la fin du manga.

Les 70 épisodes ne concluent pas la série. Il vous faudra voir le 2ème film pour la terminer.

Card Captor Sakura fait partie, avec par exemple Yu-Gi-Oh! et Gundam Wing, des quelques dessins animés japonais diffusés en 2001 sur la chaîne M6, quelque temps après l'arrêt définitif du Club Dorothée sur TF1 (en 1997). A la fin des années 90 / début des années 2000, Canal+ diffusait quant à elle des séries telles que Cowboy Bebop, Vision d'Escaflowne, Evangelion, Fullmetal Alchemist, Monster, GTO, Samurai Champloo, etc. Une programmation qui envoyait du lourd...


II] Pourquoi ce manga peut porter à controverse ? (si vous avez passé l'âge)
Spoiler important :

L'adaptation de Card Captor Sakura en dessin animé, de même que son doublage en français, ont largement atténuer la portée des thèmes abordés dans le manga, même s'il en reste des traces plus ou moins visibles. Manga et dessin animé sont par conséquent très différents sur certains aspects.

On insistera peut-être sur le fait que ce titre s'adresse à un jeune voire très jeune public (des enfants), ne serait-ce que par ses personnages et son univers coloré où le cadre principal se situe dans une école élémentaire. Sans parler des cartes que les enfants aiment bien collectionner.

Dans le manga :

- est décrite une romance entre une élève de CM1 et son professeur (masculin), ce dernier allant jusqu'à lui acheter et remettre une bague de fiançailles, en la priant de la garder jusqu'à son mariage (fin du volume 2). A la fin du volume 12, ce professeur et cette élève sortent ensemble. Mais sinon ça va, y a rien de choquant, hein ^^.
- nous apprenons très tôt que la meilleure amie de l'héroïne en pince pour celle-ci (je précise ça pour poser le contexte). Par la suite, que sa mère aimait celle (décédée) de l'héroïne. Et quelques volumes plus tard (le 8), nous apprenons que ces deux femmes étaient cousines.
- le tome 9 nous apprend que le père (de l'héroïne du manga) a épousé sa femme quand elle avait 16 ans, alors qu'il était jeune professeur.
- le tome 12 présente un professeur (une femme) et un élève se signifier mutuellement leur attachement.

Il y aurait d'autres éléments à souligner, mais il n'est pas vraiment utile de faire dans l'exhaustivité. Vous aurez compris que ce manga, sous ses aspects innocents de chasse aux cartes magiques par une écolière, traite d'aspects relationnels qui méritent probablement un minimum votre attention.

Dans tous les cas, son contenu est intéressant à mettre en perspective dans le contexte des polémiques et manifestations qu'a connues la France dans les années 2013-2014, au sujet du mariage pour tous ou de la "théorie du genre". Je l'avais déjà mentionné dans la partie concernant Ranma, mais que les auteurs de CCS aient présenté (dans leur manga) une pièce de théâtre où la princesse était jouée par un lycéen (ou un écolier) et le prince par une fillette n'avait rien d'anodin. Mais bon, à l'époque de sa diffusion sur M6 en 2001, je ne m'y étais pas plus attardé que ça, même si ça m'avait interpellé.