Vue d'ensemble - Filler Guide


> Evangelion

Genre : introspection / mecha
Anime : 1995~1996, 26 ép (8)
Manga : 1995~2012+, 12 vol
Studio : Gainax




I] Un petit mot sur l'après épisode 19.
Pas de spoiler :

Jusqu'à l'épisode 19 inclus, cette série culte remplit parfaitement son office (nous divertir) et devrait donc vous satisfaire, normalement. C'est ensuite que les choses se gâtent. L'épisode 20 est pour le moins spécial et vous donne une idée de la suite. Le 21 est dans la même veine. Les 22 et 23 renouent avec le compréhensible, pour laisser place au 24 entre deux eaux, et conclure sur les 25 et 26 qui sont des épisodes véritablement inutiles tant leur contenu est pour le moins insondable ou énigmatique.

Plusieurs films ont vu le jour. Certains reprennent la série, jusqu'à l'épisode 24 (preuve que le reste est à jeter), tout en lui proposant une fin alternative. Veuillez noter que quelques scènes, des films comme de la série, peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes.


II] A propos d'une invraisemblance de la série.
Très léger spoiler :

Evangelion est un anime où il y a de la casse, des destructions à la pelle, des explosions, etc. On imagine difficilement un robot de type Goldorak, armé jusqu'aux dents, déambuler sans jamais rien détruire ou ne servant qu'à aller cueillir des pâquerettes. Bref, l'élément qui apparait comme le plus invraisemblable dans cette série est sans aucun doute le fait que l'action se passe les 3 quarts du temps au sein d'une ville peuplée d'habitants. D'où les questions suivantes :

- quel inconscient a décidé qu'il serait judicieux d'accueillir une population dans une partie du monde aussi dangereuse car ciblée par tout plein d'ennemis ?!
- à quoi cela sert-il de construire des infrastructures aussi avancées, en sachant le risque élevé de destruction dans la zone ?!

On pourrait continuer longtemps. Une fois la première attaque survenue, les habitants n'ont semble-t-il pas la moindre envie d'aller voir ailleurs, si la vie y est plus sûre. Vu les destructions occasionnées au bout de quelques épisodes, on peut vraiment être étonné d'une telle situation. Pour comparer avec un autre manga, il n'y a qu'à se rappeler des mouvements de foule et départs en masses qu'occasionnaient certains méchants de Dragon Ball Z, comme Cell ou Buu. Dans Evangelion, rien de tout ça. La zone a beau avoir été la cible d'une dizaine d'ennemis tous plus terrifiants les uns que les autres, personne ne prend ses jambes à son cou. Mieux, les étudiants ont toujours la tête à retourner en classe, qu'il y ait eu des événements apocalyptiques la veille ou non. Certes, c'est une fiction. Mais la remarque paraissait amusante à souligner :-) .


III] Au sujet des films.
Pas de spoiler :

- "Death and Rebirth" (1997) : ce film, que l'on peut qualifier d'inutile, est constitué de 2 parties. La première, intitulée "Death", d'une durée d'environ une heure et qui consiste en un remontage accéléré des épisodes 1 à 24, de manière un peu aléatoire. Y sont présentés quelques personnages de l'histoire. Les images sont celles de la série, si bien qu'à moins de l'avoir vue il y a longtemps, cette partie "Death" (ou piqûre de rappel) ne sert strictement à rien. Notez bien qu'il ne s'agit pas d'un résumé compréhensible des 24 premiers épisodes, mais de scènes reprises ça et là et mises bout à bout pour arriver à une heure de film. Les néophytes n'y comprendront donc rien. La 2ème partie, appelée "Rebirth", dure environ 27 minutes. Elle fait office de vraie suite de l'épisode 24 originel. Etant donné que ces 27 minutes sont intégralement reprises dans le début du film "The end of Evangelion", on peut dire en conclusion que "Death and Rebirth" ne sert plus à rien de nos jours. Enfin, sachez que les voix françaises de Shinji, Rei et Ritsuko (entre autres) ont été changées dans ce film ainsi que les suivants.

- "The end of Evangelion" (1997) : celui-ci donne une vraie conclusion à la série. Toutefois, si les 2 tiers du film rappellent l'univers de la série dans sa majeure partie, le dernier tiers renoue avec les délires propres aux épisodes 25 et 26, à ceci près que les écrans texte ont laissé place aux scènes tantôt morbides, tantôt extravagantes. On n'échappera donc pas à la séquence d'introspection du personnage principal, pour une durée de 10 à 20 minutes et agrémentée de quelques scènes tirées par les cheveux. En résumé, le dénouement est aussi limpide que le scénario de la série Lost (ou au choix certains films de David Lynch), en montrant un enchaînement de scènes peu ragoutantes ou d'inspiration psychédélique. Ce qui est regrettable dans la mesure où les dernières secondes du film sont intéressantes.

- "You are (not) alone" (2007) : ce film est le premier d'une série de 4 (tétralogie) ayant pour ambition la refonte pure et simple du scénario d'Evangelion. En cela, on peut dire qu'ils sont censés s'adresser aussi bien aux fans de la première heure qu'aux néophytes. Ce premier film ne fait que reprendre les 6 premiers épisodes de la série, mais cette fois-ci sans se limiter aux dessins de l'époque (encore heureux) : ils sont légèrement retravaillés et ce qui correspond à l'épisode 6 a bénéficié d'une mise à jour appréciable. Les scènes sont néanmoins restituées la plupart du temps à l'identique et seule la dernière minute du film apparait comme inédite, à ce stade de l'histoire. Les nouveaux venus dans l'univers d'Evangelion pourront donc visionner cet opus, sans trop se poser de questions, et les autres seront tentés de zapper la première heure. Au niveau des points à souligner, on remarquera l'absence de deux scènes relativement importantes (fin épisode 1 et début épisode 2). Par ailleurs, après avoir été de la partie le temps de 26 épisodes et 2 films, la voix française de Misato a été changée, pour une voix plus aigüe, légère et surtout moins crédible. Les anciens comédiens doubleurs n'étant plus là, des expressions typiques de l'anime changent brusquement de prononciation, comme par exemple l'A.T. Field, prononcé à l'origine à l'anglaise et qui devient à présent "l'A té field". Rien de très gênant ceci dit.

- "You can (not) advance" (2009, 1h50) : 2ème film de la tétralogie, il survole les épisodes 7 à 19 de la série originelle, en s'inspirant d'éléments de "The end of Evangelion". Dans le détail, les épisodes 7, 8, 9, 10, 11, 13 et 16 sont très partiellement voire pas du tout adaptés, tandis que les 12, 14, 15, 17, 18 et 19 le sont mais en présentant souvent des différences notables (cf. spoiler suivant). Concernant la forme, ce film se détache logiquement des productions précédentes de par son animation de toute beauté. On rêverait presque d'une série refaite avec ces moyens modernes. Côté contenu, les changements apportés au scénario peuvent sembler artificiels voire superflus. Il n'y a pratiquement rien de réellement nouveau, si vous avez déjà vu la série et le 2ème film (1997). Ceci étant dit, les 2 films suivants devraient eux faire dans l'inédit (le 3ème est sorti en novembre 2012 au Japon). Un point que l'on peut souligner, à l'attention des néophytes qui regarderaient ces 2 films à la suite : contrairement aux amateurs de la série, qui ont eu le temps (26 épisodes) pour s'habituer à son scénario et à la complexité de celui-ci, les nouveaux venus risquent là encore d'être un peu déboussolés face à la quantité d'informations ou de concepts plutôt obscurs à assimiler en l'espace de 3 heures. Si on fait le calcul, la série mettait 380 minutes (19 épisodes) soit environ 6 heures, pour distiller ces mêmes informations aux téléspectateurs. Si vous arrivez à tout comprendre du scénario (toujours partiel) et à ne rien trouver à redire aux 20 dernières minutes du film, ce sera en soit une performance. Côté musiques, je regrette que celle à l'origine présente vers la fin de l'épisode 18 ait été ici changée.


IV] Les différences du 4ème film (2009) avec la série (par ordre d'apparition).
Gros spoiler :

La liste n'est pas exhaustive :

- Introduction d'une adolescente (occidentale), Mari, pilote de l'EVA 05, cette dernière se faisant détruire en même temps que l'ange ciblé. Tout ceci est exclusif au film.

- Pour son arrivée, Asuka détruit un ange, différent de celui (aquatique) de la série.

- Ikari et son associé, au cours d'une visite d'une station lunaire censée produire le 6ème modèle d'EVA, aperçoivent Kaworu à l'extérieur. Ce dernier se dit ravi de rencontrer son père.

- Les aptitudes de l'ange qui s'écrase sur Terre (ép. 12) sont modifiées : il se retrouve avec une tête et deux bras armés de lance, perçant les mains de l'EVA 01 de Shinji. La méthode pour en terminer avec lui change donc légèrement.

- Mari arrive au Japon.

- Rei s'humanise au contact de Shinji et se met en tête de préparer un dîner pour tous, dans l'espoir de réconcilier les Ikari père et fils.

- Nouvelle règle, appelée "traité du Vatican", qui veut qu'un pays ne puisse pas utiliser plus de 3 EVA en même temps. Ceci implique qu'à l'arrivée (le jour du dîner de Rei) de l'EVA 04 au Japon, celle d'Asuka se retrouve scellée. Contrairement à l'épisode 18 de la série, ce n'est pas Toji qui pilote l'EVA 04, mais Asuka, trouvant là un moyen d'éviter d'assister au dîner. L'EVA 04 / ange se retrouve avec 2 bras ("humanoïdes") de plus, contre Shinji. Le Dummy System de l'EVA 01, comme dans la série, est activé. Pour accentuer l'horreur de la scène, l'EVA 01 croque la capsule contenant Asuka, au lieu de la briser d'une main comme dans la série. La musique est modifiée.

- Asuka est gardée en quarantaine, suite à la possible contamination par l'ange (recoupe la série d'une certaine manière).

- Mari fait face à l'ange de l'épisode 19 (appelé ici "10ème ange"), en pilotant l'EVA 02, sans que la NERV ne soit au courant. A la peine, elle active un mode secondaire, à l'aide du code "the beast" (le monstre), rappelant celui de l'EVA 01 à la fin de l'épisode 19 (le mode "EVA libérée des entraves", pas le code). Son propre corps réagit en fonction. Son intervention ne mène à rien et "son" EVA subit de lourds dommages. Elle prend donc le rôle qu'avait Asuka dans l'épisode 19, le mode "beast" en moins.

- Comme dans la série, Rei réalise son intervention suicidaire (en prenant soin d'éjecter Mari au loin). A ceci près qu'une fois hors service, son EVA 00 se fait absorber par l'ange. Ce dernier mute, prenant un corps mi-ange, mi-Rei (rappelant des images du film "The end of Evangelion") mais surtout le signal d'identification de l'EVA 00, lui permettant ainsi l'accès au central Dogma sans que le système d'autodestruction ne s'active. La suite est similaire à l'épisode 19, jusqu'à ce que Shinji s'interpose, motivé par Mari, et déclenche le mode "beast" de son EVA, le reste n'apparaissant que dans le film. Il parvient alors à extirper Rei de l'ange où elle était retenue. Mais leur réunion provoque un début de "3ème impact", rappelant le 2ème film. C'est à ce moment que Kaworu intervient et annule le processus d'une lance en plein dans l'EVA 01, son EVA et celle de Shinji étant toutes deux surmontées d'une auréole. Le film se termine sur Kaworu déclarant vouloir, cette fois, rendre Shinji heureux.

- Plus anecdotique, Asuka a désormais pour nom de famille Shikinami et non plus Soryu Langley comme dans l'anime. Etant donné que Rei et Mari se nomment respectivement Ayanami et Makinami, il y aura peut-être une raison donnée à ce changement...