Vue d'ensemble - Filler Guide


> Gunnm

Genre : cyberpunk / science-fiction
Anime : 1993, 2 OAV (3)
Manga : 1990~1995, 9 vol (9), 2001~2014, 19 vol GLO (3)
Auteur : Yukito Kishiro




I] J'ai envie de débuter ce titre. Que représente Gunnm Last Order (GLO) pour le tout premier manga intitulé Gunnm ?
Pas de spoiler :

Le premier manga s'est étalé sur 9 volumes. Toutefois, la fin de l'histoire, telle que présente dans le dernier tome, obéissait à certains impératifs de l'auteur. Si bien que 6 ans plus tard, celui-ci commençait sa suite, intitulée Gunnm Last Order. On trouvera donc 2 éditions françaises : une en 9 volumes comprenant la fin originelle et une en 6 volumes mais avec une fin remaniée pour permettre à la suite d'effectuer la jonction naturellement.

Concernant cette dernière, il faut savoir que son format (350 pages par tome) est plus grand que celui de la première édition, et qu'elle contient quelques histoires courtes de type hors série. Je me souviens à l'époque avoir croisé du regard les coffrets à la FNAC, mais surtout avoir bloqué sur les couvertures complètement "dégueulasses" (désolé, je ne vois pas d'autres mots pour exprimer mon ressenti d'alors) des tomes 1 et 4 par exemple. Et pourtant, ce manga figure dans mon top 3 depuis longtemps, mais ces images transpirent la faute de goûts (qui comme chacun sait sont divers et variés).

Pour effectuer "correctement" la reprise avec GLO, il faudra considérer que Gunnm s'arrête vers la page 150 du tome 9. Les pages restantes constituent donc la fin alternative.


II] Faut-il absolument lire Gunnm Last Order si on commence le premier manga ?
Léger spoiler :

Non, ce n'est absolument pas une nécessité. Certes, la suite lève le voile sur certains mystères de l'oeuvre, mais le manga de 9 tomes se suffit à lui-même, dans une moindre mesure. Pour ce qui est de sa fin pour le moins expéditive, il faut la relativiser par rapport à ce qu'apporte, en bien et en mal, la lecture de GLO. C'est-à-dire que ceux qui ne l'apprécieront pas seront "heureux" de pouvoir arrêter plus tôt. Pour faire une analogie parlante avec le cinéma, GLO pour Gunnm, c'est exactement ce qu'est la trilogie Star Wars 1 à 3 pour Star Wars 4 à 6 : un sacré ratage. Sans spoiler, la trilogie originale, pour son époque, était excellente. Et franchement, qui regrettait ne presque rien connaître du passé de Darth Vader / Dark Vador ? Surtout quand on connaît à présent la raison bidon pour laquelle il a choisi le côté obscur, et ses conséquences.

Enfin bref, il faut avoir à l'esprit deux points très importants. D'abord, que les ambiances de ces deux titres diffèrent suffisamment (GLO est nettement moins "noir"). Ensuite, que si vous avez apprécié le premier manga pour son dynamisme et ses nombreuses histoires captivantes développées au cours de seulement 9 tomes, peut-être ne retrouverez-vous pas les mêmes sensations pour une lecture d'un manga cette fois de 19 tomes.

Affirmer que ce n'est pas une nécessité ne signifie pas pour autant que tout est à jeter, loin de là ! Mais là où l'oeuvre originale nous avait gratifié de 9 tomes côtoyant presque tous la perfection (mention spéciale pour les volumes 5 à 8), ici le jugement est forcément plus nuancé. Ainsi, si on met de côté le gros délire, venu d'on ne sait où et qui fait vraiment tâche, du volume 11 (chapitres 63, 64), on ne peut pas dire qu'il y ait eu tromperie sur la marchandise. GLO est jusqu'au tome 10 une suite plutôt honnête et l'auteur ne s'est pas moqué de ses lecteurs. Pourquoi jusqu'au tome 10 ? Parce que le 7ème nous permet enfin de boucler sur le tome 1 (de Gunnm) et d'en apprendre plus sur l'héroïne, quand les 8ème et 9ème nous expliquent comment la Terre et ses habitants en étaient arrivés à une telle situation. Il n'y a certes pas de quoi crier au génie, mais après toutes ces années, recoller les morceaux est un petit plaisir qui fait un peu oublier le manque de piquant des aventures jusqu'ici. Vous connaîtrez en plus la signification du titre. Pour faire un parallèle, on pourrait dire que cela fait le même effet que la série Lost, quand elle révélait certains de ses secrets dans les dernières saisons (je ne parle pas du dénouement qui est complètement foiré). Autrement dit, si vous avez un fort a priori négatif envers GLO mais êtes malgré tout curieux (c'était mon cas), essayez d'aller jusqu'au volume 10. Ceci dit, les tomes 1 et 2 sont loin d'être palpitants, mais la suite est relativement homogène au niveau de la qualité et de l'intérêt. En outre, l'auteur n'a pas perdu ce don pour placer des touches d'humour quand on s'y attend le moins, accentuant leur effet comique.

Enfin, comme dirait Frank Dubosc, "tout ça, c'était avant le drame". De tous les titres listés sur ce site, Bleach et GLO sont sans doute ceux qui se prêtent le mieux à cette expression. On l'a déjà vu, le volume 11 est une catastrophe ambulante. Ne prenez même pas la peine de le lire, feuilletez juste le début rapidement. Edifiant, non ? Surtout, il faut savoir que les volumes 5 à 17 ont pour fil conducteur un tournoi, appelé le "ZOT tournament". L'idée d'un tournoi n'est pas franchement originale, même si elle se prête bien au contexte du début de GLO. Non, le problème est sa durée alliée à sa pauvreté. L'idéal aurait été de le faire tenir sur une poignée de volumes, pour ne lasser personne. On a ici trop l'impression d'assister à une surenchère qui ne connaît aucune limite (pléonasme), un peu façon Dragon Ball Z ou Naruto Shippuden. Les tomes 11 à 17 sont donc une pure perte de temps, avec des combats sans aucune saveur et trop de retournements de situation tirés par les cheveux. L'inspiration y est clairement aux abonnées absentes. Et 7 tomes à la suite de ce niveau, sans compter les bribes des tomes 5 à 10, cela commence à faire beaucoup (trop). Et cette surenchère pose au final un gros problème : on commence à se désintéresser complètement des combats (alors qu'ils étaient un des gros points forts de Gunnm !), puisque les limites sont sans cesse repoussées. Dans la première oeuvre, dépasser ses limites n'était pas sans conséquences. Ici, on assisterait presque à des "journées portes ouvertes aux supers pouvoirs", et ce tous les jours.

Il est peut-être sage d'en terminer là. En tant que fan inconditionnel du premier Gunnm, cette suite est un véritable gâchis. Après n'y avoir pas cru du tout (2 premiers tomes sans étincelles), puis eu une lueur d'espoir en parcourant les tomes 7 à 9, ce fut la claque. Au final et à mon sens, GLO ne vaut la lecture que pour les tomes cités précédemment et pour son humour distillé intelligemment. Ce n'est pas un manga humoristique, mais il faut bien se rattraper là où on peut. A mes yeux, le problème posé par l'auteur peut se résumer simplement : Gunnm est un manga mené d'une main de maître (si on oublie la fin), alors que sa suite prend un virage à 90 degrés, sans que l'on sache exactement pourquoi (même gratuits, je n'en voudrais pas). Si vous avez lu mon avis sur One Piece, vous savez que je n'ai pas été très tendre avec ce titre. Et pourtant, on ne peut pas dire que son auteur se moque de ses lecteurs, au contraire même, puisque la qualité est globalement constante (qu'on aime ou non, c'est une autre histoire). Pour ces deux séries de Gunnm, c'est comme si l'auteur nous avait d'abord invités dans un restaurant 5 étoiles à déguster des mets rares et raffinés, pour ensuite nous servir des plats surgelés tout droit sortis des "resto" visités par Gordon Ramsay dans l'émission Cauchemar en cuisine. Et encore, cette comparaison est bien trop gentille.

Un petit mot sur le style graphique qui a plutôt évolué entre temps. La Gally (l'héroïne) de GLO est bien différente de celle du premier Gunnm. A titre personnel, je ne suis pas du tout fan de sa bouche de poulpe, parfois trop exagérée, ce qui a tendance à tuer son charisme (qui était déjà bien entamé). Etrangement, cette caractéristique ne m'avait pas dérangé à l'époque du premier manga, sûrement parce qu'elle y était nettement moins marquée. Après vérification, la proportion de "bouches façon poulpe" y est effectivement bien moins importante. Mais bon, on n'est plus à ça près...

MAJ (fin 2014) : étant donné que GLO s'est terminé en début d'année 2014, j'ai jugé utile de donner mon point de vue sur la fin du manga. Il faut savoir en effet qu'il ne constitue que le 2ème acte du manga, un 2ème acte dont une bonne moitié concerne ce ZOTT tant critiqué. Ce tournoi bien débile s'achève vers la fin du tome 17, si bien que les deux derniers (18 et 19) concernent quasi exclusivement un nouvel arc, intitulé "la quête de Gally". Il semble important de préciser qu'il ne s'agit pas de sa quête à elle, mais celle de ses compagnons pour retrouver sa trace. Car oui, même si je me répète, les passages avec l'héroïne, en plus d'une mise en scène (dessins) qui ne m'ont que trop rarement plu, ne sont franchement pas inoubliables. C'est un petit spoil, mais se retrouver avec une Gally à queue de chat ou avec des ailes façon "arrivée du messie", euh, non merci. Même si certains se rappelleront qu'au tout début du premier volume de Gunnm, Gally était représentée avec des ailes (!). Cela me fait penser aux délires dont est capable également un Tite Kubo, mais passons. Bref, cela n'engage que moi, mais j'ai donc trouvé ces deux derniers tomes plutôt bons. Je me suis même surpris à me dire : "enfin du vrai Gunnm !" (bon, pas du niveau d'un Zapan ou d'un Motor Ball, non plus). Ironie de l'histoire donc, on ne trouve pas trace de Gally, et tout ou presque se passe sur Terre. Les dernières pages montrent Gally foulant le sol de Mars, ce qui annonce donc le dernier acte du manga, prévu pour octobre 2014 (elle est depuis le début intriguée par son passé sur cette fameuse planète). Ces deux tomes étant satisfaisants, la note de GLO passe de 2 à 3. Et finalement, je lis le 3ème acte (Mars Chronicles) avec un peu plus d'optimisme, en me disant que de toute façon, il ne pourra pas y avoir pire que le ZOTT.


III] Au sujet de l'édition du manga par Glénat.
Très léger spoiler :

Concernant la transcription des noms dans Gunnm Last Order, l'orthographe est parfois changeante. Zechs est parfois écrit Sechs (6 en allemand). Il y a d'autres cas, mais il est inutile de les citer. Là aussi, cela parait anecdotique, quand on sait par exemple qu'aux USA, l'héroïne se fait appeler Alita au lieu de Gally, et le manga Battle Angel Alita. On relativise comme on peut.

Plus gênant cette fois, il est à noter que l'auteur a eu un différend avec son éditeur d'origine (Shueisha) et a donc poursuivi la publication avec un autre (Kodansha), à partir du volume 16. Pour ce qui nous concerne, Glénat s'est par conséquent vu contraint de rééditer l'intégrale des 15 premiers volumes, sans les couvertures originales, qui affichent désormais un fond noir peu attrayant. Cette édition a par contre probablement corrigé les changements de noms. Elle reste toutefois dans le sens de lecture occidental. Dans tous les cas, les fans semblent très mécontents (collection non homogène, sauf à tout racheter), à en juger par les commentaires laissés sur leur site internet et le nombre impressionnant d'offres sur les sites d'occasions. Les deux ans de délai entre la parution des volumes 15 et 16 ont certainement dû jouer aussi. Voici leurs réponses concernant la polémique sur les jaquettes, disponibles via leur rubrique FAQ :

"Le cas de GLO est très complexe. D’une part parce que l’auteur a changé d’éditeur, d’autre part parce qu’il faut retravailler tous les volumes. Par exemple, il n’est pas possible de réutiliser les images de couverture, qui appartiennent à son ancien éditeur, et le matériel alternatif n’existe quasiment pas. Nous pouvons vous assurer que nous n’avons pas l’intention d’arrêter l’une des séries historiques du catalogue Glénat, et par ailleurs l’une des plus fantastiques sagas de la BD mondiale. Nous attendons toujours de nombreuses phases de validation de la part du nouvel ayant droit de Yukito Kishiro. Et bien entendu, il ne nous est pas possible d’envisager les volumes 16 et suivants tant que les 15 premiers ne sont pas de nouveau disponibles. Notre espoir (je souligne le terme "espoir") est de reproposer les 5 premiers volumes en français d’ici juillet, puis les 5 suivants et les 5 derniers assez rapidement en 2012. La nouvelle édition de Kodansha n’est pour l’instant pas accessible, mais nous intéresse grandement".

"Nous avons réédité cette nouvelle version en l’absence de tout matériel iconographique. L’auteur et l’éditeur sont ravis de cette édition noire. Nous sommes désolés qu’elle vous déplaise. Nous espérons sortir l’édition Kodansha dite "blanche" à terme en mode perfect. Entre-temps, l’édition poche doit par contrat se terminer dans cette forme noire. Nous n’y dérogerons pas, ainsi que le souhaite l’éditeur original".

Entre nous, ni l'éditeur, ni l'auteur n'allaient se permettre de critiquer cette édition noire. Mais aller jusqu'à dire en être "ravis", c'est vraiment prendre ses lecteurs pour des...


IV] Et concernant les OAV ?
Léger spoiler :

Ces 2 OAV, d'une durée totale d'environ 50 minutes et se faisant suite, ne font pas vraiment honneur au manga. Elles ne font ainsi que reprendre partiellement les 2 premières histoires (tomes 1 et 2), en leur ajoutant des personnages (la femme) ou éléments fillers, le résultat pouvant laisser perplexe. Personnellement, j'aurais préféré avoir une histoire fidèlement traitée de bout en bout en une OAV de 45 minutes, plutôt que de piocher ça et là dans le manga et en comblant autant que faire se peut pour arriver à une heure d'animation.

La première OAV massacre pour ainsi dire le premier antagoniste de l'histoire (le ver Makaku), en le transformant en un méchant lambda, sans aucune profondeur. Gally se retrouve aussi subitement bien équipée, et ce pour une bonne raison (son nouveau corps de berserker), mais qui est malheureusement ici passée sous silence. La deuxième OAV est quant à elle un peu plus fidèle, si on oublie le sort réservé à Vector et la présence partielle de Zapan. Elle s'attarde sur l'histoire de Yugo et son rêve de fouler le sol de Zalem.

Il faut donc les prendre comme un aperçu du manga, de son environnement (définitivement noir) et des personnages principaux, mais rien de plus. Elles ne donnent en effet aucune idée de la richesse du scénario par exemple. Ne les regardez donc pas si vous avez la possibilité ou l'envie de lire le manga. Le rendu est par contre plutôt soigné graphiquement, ce qui fait regretter de ne pas avoir eu une adaptation complète avec une qualité de ce niveau-là. On remarquera au passage, par rapport au doublage, la voix de Georges Caudron (Fox Mulder dans la série X-Files) pour le personnage d'Ido. Yugo est doublé par Fabrice Josso, qui a aussi fait celle de Rémi dans Rémi sans famille, ou encore Thomas Price et Ben Becker dans Olive et Tom.

Veuillez noter que ni le manga ni ces OAV ne s'adressent à un jeune public.


V] Critique des prix délirants des manga Gunnm en occasion.
Pas de spoiler :

Lors de mes quelques achats de manga d'occasion sur les sites de ventes en ligne, j'ai pu apercevoir quelques prix bien délirants. Avant toute chose, je suis bien évidemment au courant que les prix sont fonction de l'offre et de la demande, mais il ne faudrait quand même pas prendre les acheteurs potentiels pour des idiots, non ? Par le biais des 4 annonces suivantes, concernant le manga Gunnm (qui figure dans mon top 3 et donc sur lequel je suis relativement informé), je vous livre mon ressenti sur ce sujet.

Mais avant, il est important de poser brièvement le contexte concernant l'objet mis en vente. Gunnm est un manga aux "paramètres" suivants :

- titre considéré comme culte par beaucoup de lecteurs
- une édition en sens de lecture fr, 9 tomes avec fin originale
- une édition en sens de lecture fr, 6 tomes avec fin remaniée et bonus
- une édition en coffret collector (celle des annonces)

Mais, car l'histoire ne pouvait être aussi simple, il faut savoir que l'auteur a composé une suite à sa série (Gunnm Last Order), qui a rendu "caduque" la fin du volume 9. Un volume 9 original qui devient par conséquent rare et important. Pourquoi important ? Parce que de l'avis de beaucoup de fans, la suite du manga fait littéralement honte à la première série. Dans ce cas, autant rester sur le manga en 9 tomes. Pourquoi rare ? Parce qu'à la suite d'un différend, l'auteur a changé d'éditeur japonais, ce dernier conservant les droits sur les couvertures originales (d'où la montagne de volumes de Gunnm Last Order vendus à prix cassés sur leboncoin, à cause des nouvelles jaquettes noires toutes moches).

Autrement dit et pour résumer un peu ces informations, on en conclut que la première série de Gunnm ne sera plus jamais commercialisée en France avec ses jaquettes originales. Et quand on voit l'horreur qu'on nous a servie pour la réédition en 6 volumes grand format, il y a de quoi tirer un trait sur l'espoir d'avoir de bonnes "nouvelles" couvertures dans un futur hypothétique. Et quand bien même elles le seraient, il n'y aurait pas la fin originale, donc le problème resterait entier (vous suivez toujours ?!).

Maintenant qu'on a compris la relative rareté de ces volumes, rappelons l'existence d'un coffret collector, dont je ne me souviens plus du prix d'origine, mais c'est sans importance.


> Première annonce :



Y a comme un parfum de spéculation, mais je sais pas où. On appréciera la gratuité des frais de port. Vu le montant demandé, c'est vrai que ça aurait fait très mal au portefeuille de rajouter 10 ou 15 euros. On est également très heureux d'apprendre que le colis sera très soigné, des fois que ça aide à faire passer la pilule.


> Deuxième annonce :



Je l'ignorais jusque-là, mais visiblement Glénat avait aussi sorti un coffret collector comprenant les 9 tomes dans leur version couvertures cartonnées. Le prix est sensiblement le même que précédemment, à part cette fois pour les frais de ports, qui s'élèvent à 13 euros. Sérieux faut pas abuser, à un tel prix ils devraient être offerts, non ?! Le retour est par contre ici accepté.


> Troisième annonce :



Parce que oui, moi à 300 euros, jamais d'la vie j'aurais acheté ! Mais à 299.99, faut voir, ça peut se réfléchir. L'illustration du coffret, que j'aime assez, est reprise de celle de la couverture du tome 5. J'ignore de quelle matière est constitué le coffret. Cette fois-ci, il est question de 12 euros de frais de port, et de retour refusé (tant qu'à faire).


> Quatrième annonce :



Et le meilleur pour la fin : l'annonce de Speculator Man en personne. Alors lui, faut pas l'énerver ! Par contre, il a vrai sur un point et tord sur l'autre. Le coffret est certes rare, mais les tomes de Gunnm, hormis les derniers, sont loin d'être introuvables, en tout cas jusqu'à aujourd'hui. Je traduis : sur les 400 euros, c'est surtout le coffret en lui-même qui marge à mort. Il était recouvert d'or ou quoi ?!

En conclusion, la plupart des manga ont leur petite histoire qui fera varier leur cote dans un sens ou dans l'autre. Les différentes éditions du même manga n'ont évidemment pas la même valeur. Il ne faut pas hésiter à se renseigner sur des forum ou des sites spécialisés, et demander l'avis des connaisseurs. L'exemple le plus connu reste celui de Dragon Ball, où la première ne vaut pour ainsi dire plus grand-chose, vu tous ses défauts (traduction, onomatopées énormes, sens de lecture, noms de la vf du dessin animé). Et pourtant, à ma grande surprise, j'ai pu constater qu'encore en 2014 cette édition était en vente à la FNAC ! L'édition de référence étant la dernière sortie, celle dite "perfect".

Dans le cas de Gunnm, mais on pourrait généraliser, qu'importe l'édition, elles sont toutes dans le sens de lecture français, avec les erreurs que cela induit (inversion des cases). Ce que je veux dire par là, c'est qu'indépendamment de la qualité intrinsèque de l'oeuvre, ce type de défaut va immanquablement diminuer son attrait. Un manga doit être édité dans le sens de lecture original, point à la ligne. Je comparerai ça à ce fameux coffret collector hors de prix (juste le contenant), auquel on aurait rajouté une petite trace de feutre bien visible. Peut-on toujours vendre ce coffret au prix fort, soi-disant en très bon état ? Il en va de même pour le format des manga. Peut-on vendre au prix fort un manga édité dans le sens français ? Ma réponse est non.

Les 9 tomes se vendraient aujourd'hui à environ 60 euros en neufs. Et je pars du principe qu'un manga plus commercialisé peut facilement se vendre, même en occasion, au prix du neuf. Mais le coffret vaut-il réellement les 200 à 340 euros demandés ? A ce tarif-là, l'objet devrait plutôt finir sa vie dans un genre de musée du manga, exposé à la vue de tous, plutôt que dans une bibliothèque, à prendre la poussière...