Vue d'ensemble - Filler Guide


> Hajime no Ippo

Genre : boxe
Anime : 2000~2014, 129 ép (7)
Manga : 1989~2014, 108+ vol (8)
Auteur : George Morikawa




I] Mon avis sur Hajime no Ippo, après avoir lu 108 tomes (attention, pavé XXL de compétition en vue).
Léger spoiler :

HnI aura pour moi quelque chose de particulier en ce qu'il est le dernier manga (titre) que j'aurais lu. Non, on ne s'en fout pas, car cette remarque n'est en rien anodine. On est censé comprendre que la note que je lui ai attribuée est sans doute la plus "juste" de toutes celles que j'ai pu donner sur ce site. En effet, il n'est pas question ici "d'effets nostalgie" ou de jugement biaisé par les années en faveur d'un de ses titres favoris par exemple. Autrement dit, la critique se fait ici en ayant à l'esprit tout ce que j'ai pu déplorer dans les autres manga. Et le bilan est particulièrement flatteur pour HnI, surtout compte tenu de sa longueur.

Et pourtant, à la base, je n'avais aucun penchant particulier pour l'univers de la boxe. Jamais vu de vidéos de matchs sur YouTube avant ça. L'anime ? Vu à vitesse grand V, et m'étais convaincu de son côté "déjà-vu" (ou répétitif) à cause des comebacks improbables mais hélas prévisibles du héros, du type "je suis à deux doigts de m'étaler sur le ring, mais hop, je reprends mes esprits grâce à telle ficelle, me relève et finis par gagner miraculeusement" (contre Sawamura par exemple). J'ai regardé comme tout le monde la série des Rocky étant gamin et, même à cette époque, cela sautait aux yeux qu'il était parfaitement improbable que Rocky se fasse amocher aussi sévèrement pendant la moitié du combat, pour ensuite entamer un comeback venu de nulle part pendant les derniers rounds. De ce point de vue là, les combats du héros, Ippo, sont malheureusement à 90% du temps identiques dans leur déroulement. Pour moi, ce fait était acquis avant même la lecture du manga, et ce dernier fourmille d'exemples le démontrant. Mais après avoir lu la suite de l'anime en manga (tomes 61 à 80), et bien l'apprécier, je décidais ensuite de repartir du début. Il y avait alors au moins une centaine de volumes de publiés. Cette mention est importante car mon avis n'aurait sans doute pas été le même si j'avais commencé ce manga il y a 10 ou 15 ans. Je n'ai pas eu l'occasion de trop ressentir l'effet lié à la lassitude. Et là, à part la surprise de découvrir le design des personnages 25 ans plus tôt (le coach et Miyata en particulier), je peux maintenant affirmer qu'HnI est, pour moi, le seul manga fleuve à justifier et "mériter" un si important nombre de volumes. Je parle bien sûr en se plaçant du côté du lecteur.

Détective Conan (à part pour les mordus d'énigmes policières faisant fi de la trame principale des hommes en noirs) avait perdu toute mon estime à la quarantaine de volumes atteint. One Piece, n'en parlons pas. Même si je resterai toujours un peu admiratif ou respectueux d'un tel succès pour l'auteur, je ne fais clairement pas partie du public visé par lui. Par contre, de son point de vue, ou de celui de l'éditeur, il serait parfaitement aberrant d'arrêter un manga qui s'écoule à 3 millions d'exemplaires par tome sans forcer. JoJo, j'ai adoré la partie 3 (en anime) et la 4 (en manga), mais le fait est qu'Araki est un des rares auteurs à varier à ce point la teneur ou l'ambiance de ses arcs. Un peu comme Hunter x Hunter où on passe du jour à la nuit question ambiance, si bien qu'il est très difficile de juger ces deux oeuvres dans leur globalité. Tout au plus concéderais-je qu'il y a chez eux une prise de risque certaine, à potentiellement décevoir une partie de leur lectorat. Parenthèse fermée.

Pour recentrer un peu, je citerais les points négatifs et positifs de HnI, selon moi. D'abord les négatifs :

-] je disais plus haut avoir en horreur les comebacks miraculeux du héros, du style "je tombe, mais en fait non, je me redresse in-extremis". Je me dois de préciser que c'est leur caractère répétitif que je trouve barbant, pas qu'il n'y en ait qu'un ou deux donc. Il faut aussi savoir que l'auteur n'hésite jamais à nous rappeler pourquoi son héros en est capable aussi souvent. Depuis l'âge de 10 ans, Ippo aide en effet régulièrement sa mère sur leur bateau de pêche familial, si bien qu'il a fini par se forger un sens de l'équilibre exceptionnel. A chaque fois (ou presque) que vous le verrez chanceler mais se rattraper juste à temps, soyez sûr que l'auteur vous rappellera ce "détail". De la même façon que ses muscles étaient surdéveloppés avant même son inscription au club de boxe, à force de déplacer des glacières (pleines) par paquets de 5 à 10, dans des mises en scène un brin caricaturales. Encore que, on a tous déjà vu, sur internet, ces images nous montrant comment les gens se débrouillent à l'étranger, avec par exemple 30 passagers entassés dans la même camionnette, ou des gens portant sur eux des charges ou des marchandises faisant 2 ou 3 fois leur taille. Très tôt dans le manga, l'auteur nous fait comprendre qu'Ippo a le corps parfait pour être un champion du monde en devenir. Puissance dévastatrice (à s'exploser les os), équilibre hors-norme, endurance à toute épreuve, grâce à 5 à 10 années de travail sur un bateau de pêche et un entraînement que lui seul peut suivre. En outre, il est un des rares boxeurs à ne même pas avoir besoin d'effectuer de régimes ! Sans oublier qu'il est pratiquement le seul dont les coups font effets même à travers une solide garde. Dans ces conditions, comment s'étonner qu'Ippo fasse des merveilles sur le ring, après un entraînement infernal sous la houlette d'un coach de génie ? Je prends la peine d'insister car il est selon moi important de différencier le parcours du héros avec celui d'un shonen classique à base de comebacks grâce au pouvoir de l'amitié ou ce genre de bêtises.

Du style celui des CDZ, où les chevaliers de bronze s'entraînent de l'âge de 7 à 13 ans, puis après plus jamais, et dégomment ensuite tous leurs ennemis grâce à l'intervention du Saint-Esprit. Dans HnI, non. Ippo n'est (certainement) pas le premier venu, et on peut dire qu'il réunit souvent tous les paramètres nécessaires pour l'emporter. Et c'est finalement là le défaut majeur du titre : l'absence totale de suspense concernant le destin du héros. On sait qu'il finira champion du monde, car il y est tout simplement prédestiné depuis le tome 1. Et après 110 volumes, avouez que ça ferait mal qu'il échoue ! Du coup, ses combats peuvent devenir ennuyants sur le long terme. Celui du tome 91, contre Woli, est celui qui m'a le plus déçu (du Rocky tout craché dans son déroulement). Ma note est d'ailleurs passée de 9 à 8 à cause de ça. Que l'on se comprenne bien. Si on observe le palmarès des champions de boxe, ils ne comptent qu'une poignée de défaites, pour 50 à 60 combats pro. Voir Ippo enchaîner les victoires ne m'a jamais fait tiquer, car c'est normal comme je l'ai expliqué. Mais ce qui a du mal à passer, c'est quand l'auteur abuse de certaines ficelles un peu trop grosses, du type : "Ippo sauvé par le gong, sinon il était mis KO", "Ippo sauvé en se jetant dans le coin, sinon il tombait KO", "Ippo qui se remémore un conseil, et reprend soudain conscience", etc.

-] dans le même esprit, même s'il est impossible d'être catégorique, on peut ne pas apprécier le systématique déséquilibre dans ses combats. Parce que, comme vu précédemment, Ippo a un meilleur équilibre, une meilleure endurance et puissance que 95% de ses concurrents, il leur faudra toujours fournir beaucoup plus d'efforts que lui. Dit autrement, et comme l'assume totalement l'auteur, 1 coup d'Ippo peut mettre KO son adversaire, quand ce dernier devra en placer 10 à 20 fois plus pour espérer l'emporter. Et encore, en supposant que le gong ne sonne pas avant, et donc qu'Ippo ne puisse pas récupérer dans l'intervalle et réduire ces efforts à néant. Bref, peu importe à quel point Ippo est amoché ou fatigué, il est acquis qu'il puisse tout de même encore gagner en assénant un unique coup, ce qui installe ses combats dans une sorte de routine.

-] le "truc des yeux vifs" m'a également un peu déçu, sur la longueur en tout cas. Dans les CDZ, Seiya n'avait que cette fameuse expression à la bouche : "tant qu'il me restera un souffle de vie (, je me battrais)...". Dans HnI, tant que les personnages principaux ont "les yeux encore vifs", même s'ils n'y voient quasiment plus rien, ils sont encore capables d'accomplir des miracles (appelez ça la volonté ou la rage de vaincre). Un truc très shonen dans l'esprit, même si dans la réalité le dépassement de soi est quelque chose de tout à fait concret et connu. J'ai bien l'impression d'être paradoxal dans mon propos, mais ce n'est pas de ma faute. Je me répète, mais cela ne me gêne nullement qu'un héros qui a le corps et les aptitudes qu'il faut, l'entourage qu'il faut, s'entraîne comme personne, étudie ses adversaires et met au point des stratégies adéquates, gagne tous ses matchs. Mais alors, pourquoi l'auteur s'amuse à faire durer certains combats ? C'est ce que je détestais dans One Piece par exemple. Si l'auteur ne voulait absolument pas faire mourir les "méchants", et toujours faire gagner l'équipe du héros, pourquoi "diable" faisait-il traîner certains affrontements ?! Même reproche ici. Si Ippo met 2 tomes pour se débarrasser d'un adversaire, combien en faudra-t-il pour faire tomber le champion du monde ? Les ficelles étant toujours les mêmes, le risque de zapper des pans de combats pour arriver au dénouement existe bel et bien. Toute la première moitié en gros, la phase classique où Ippo est en difficulté, avant de se ressaisir et d'inverser la vapeur. Même si d'un autre côté, tous ces combats qui lui en ont fait baver sont autant de preuves de ses progrès, et donc d'arguments en faveur de la crédibilité de sa victoire finale. Là encore, le raisonnement inverse est tout autant valable, puisqu'avec toutes ses victoires à l'arrachée, Ippo ne serait finalement pas un champion crédible.

-] ça ne compte pas vraiment comme un défaut, et ça n'engage que moi, mais je trouve que la manie de l'auteur de dessiner par moments des personnages avec un des deux yeux fermé est un peu pénible à la longue. Souvent pendant les matchs, quelqu'un qui a un commentaire intéressant à partager, va le faire avec un oeil fermé. Mouais...

-] quatrième et dernier reproche à faire : concernant l'humour graveleux. Je précise bien graveleux, c'est-à-dire un genre de mélange entre celui de City Hunter et de Dr Slump, très souvent associé au personnage de Takamura. Sans toutes les citer, je déplore juste que l'auteur le fasse s'adonner, à son âge (Takamura), à des blagues ou farces "potaches", à base d'excréments par exemple. Qu'un champion de boxe, donc un adulte, s'amuse à tripatouiller sa m***, on est vraiment tombé bas dans l'humour. Enfin, vous voyez le genre. D'ailleurs, le studio ne les adapte pas toutes dans l'anime, preuve qu'elles dépassent parfois la limite.

+] mais loin de moi l'idée de résumer l'humour de ce manga à ces blagues à 2 balles toutes pourries ! Au contraire, hormis quelques rares abus, l'auteur saupoudre son oeuvre de gags quasiment à la perfection, donc. Cela m'a d'ailleurs frappé, au point de m'étonner en constatant à quel point l'humour faisait cruellement défaut à Captain Tsubasa, un autre shonen sportif, qui se prend vraiment trop au sérieux.

+] autre point faible de Captain Tsubasa tant qu'on y est : l'absence de vraie transition ou coupure entre les matchs. J'ai lu HnI avec parfois plus d'intérêt pour la vie au club ou en dehors du ring, que pour les combats à venir d'Ippo. Véritables bouffées d'air, après l'intensité étouffante de certaines rencontres, ces transitions, parfois longues d'un tome, expliquent en partie la longévité du manga. Elles donnent une idée du temps qui s'écoule, des progrès accomplis, contrairement à un Détective Conan où le temps, figé, donne l'impression que l'histoire fait du surplace. Dans HnI, même si on peut pester contre certains matchs clairement mal foutus, cela reste toujours un plaisir de découvrir ce qui attend les boxeurs du club. En outre, ce découpage facilite la lecture, puisqu'on peut choisir de lire un combat dans sa totalité, puis plus tard toute la transition jusqu'au prochain combat, voire d'enchaîner les deux en fonction de leur longueur. Voilà pourquoi, même après 100 volumes, j'ai toujours envie de poursuivre la lecture. Je dirais que le plaisir est sans cesse renouvelé, et ce, même si on sait pertinemment dès le tome 10 qu'Ippo finira champion du monde. Le schéma narratif ou scénaristique est des plus basiques (entraînement, combat, transition), mais il est d'une efficacité redoutable. J'ai aussi dit ailleurs que je n'avais rien contre une série répétitive, du moment qu'elle offrait quelques moments de franche rigolade (exemple de City Hunter), et c'est précisément le cas pour HnI.

+] l'auteur le dit lui-même, donc je ne ferais que confirmer, mais il a dépeint avec brio des personnages principaux (qu'ils gagnent ou perdent), et non pas un seul. Même si Ippo est naturellement celui qui bénéficie le plus d'attention, le manga regorge de personnages travaillés. Cerise sur le gâteau, et même si c'est un peu facile puisqu'il évolue dans une catégorie de poids supérieure, le personnage de Takamura a tendance à voler la vedette quand il s'agit des louanges. Il est en effet doué d'un talent naturel, quand Ippo est une pierre "brute" (pas de prédisposition à la boxe, hormis le corps idéal), qui a besoin d'un coach, et pas n'importe lequel, pour devenir le boxeur affûté qu'on connaît. Sans tenir compte de la catégorie de poids, Takamura est le meilleur boxeur du club, et joue par conséquent le rôle de modèle à suivre. Bien sûr, Ippo est aussi le modèle de bien d'autres personnages, mais lui-même, malgré ses victoires, se considère toujours comme un éternel challenger.

Hajime no Ippo signifiant "le premier pas" (ou "Ippo le challenger"), l'auteur est ici dans une démarche bien plus mesurée que Yoichi Takahashi pour Captain Tsubasa. Quand le rêve de Tsubasa est, dès le tome 1 et à 11 ans, de remporter la coupe du monde, Ippo, lui, rougit quand on aborde le sujet de son entrée future dans la scène mondiale. Ces quelques "ajustements", qui ne mangent pas de pain, montrent que, malgré son palmarès de champion, l'auteur prend un soin tout particulier à ne pas FAIRE ECLIPSER les autres protagonistes de son histoire, au profit exclusif du héros. Ecrit en majuscules car c'est justement ce qui m'irritait dans Captain Tsubasa, où tout était fait à la gloire du héros, en humiliant tous ses rivaux soi-disant prodigieusement doués, pour écrire sa légende. L'auteur d'HnI s'évertue à ne jamais rabaisser les rivaux de son héros, même si comme on l'a vu, cela peut parfois passer par des matchs à rallonge, où on a la forte impression que ça se joue sur pas grand-chose. Enfin, le système des catégories de poids étant ce qu'il est, cela nous permet de voir évoluer d'autres boxeurs (Takamura, Aoki, Kimura, etc.) sans qu'ils soient en confrontations directes avec Ippo. Bref, avec tous ces personnages à développer, il n'est pas étonnant que ce manga dépasse les 100 volumes.

+] autre point appréciable : il n'y a pas de super techniques de la mort à la Captain Tsubasa (encore lui). S'il est évident qu'HnI reste un manga avant tout, et comporte à ce titre son lot d'exagérations (comme les effusions de sang ou les facultés de récupération d'Ippo alors qu'il devrait souffrir de dommages cérébraux après tout ce qu'il s'est ramassé dans la figure), l'auteur reste toutefois dans le cadre de la boxe. C'est donc plutôt réaliste, à ranger du côté d'un Slam Dunk dans le traitement du sport en question, plutôt qu'un Captain Tsubasa donc, un Prince of Tennis ou un Kuroko's Basket. Lire HnI m'a donné envie de visionner toute une série de matchs sur YouTube, aussi pour juger de la "crédibilité" du manga (à l'échelle d'un Captain Tsubasa). Petite parenthèse : la boxe est vraiment un sport à part, de par l'engagement physique des acteurs, les efforts qu'ils doivent produire, les mois d'entraînement rigoureux pour éventuellement se faire mettre au tapis en quelques minutes devant des milliers de personnes amassées autour d'eux. Voir Tyson (qu'un exemple) esquisser ses feintes de frappe continuellement donne une petite idée du calvaire qu'ont dû subir la plupart de ses rivaux. Ou encore la supériorité écrasante des frères Klitschko qui, du fait de leur physique avantageux, pouvaient maltraiter leurs opposants plus petits sans même prendre la peine de se mettre en garde. En gros, les réduire à l'état de sacs de sable humains. Enfin bref, pour un manga, ça s'en sort plutôt pas mal. Surtout, avec 4 ou 5 fédérations de boxe et toutes ces catégories de poids, il ne parait pas si aberrant qu'un Japonais arrive au sommet à un moment donné (Ippo est un poids plume, autour de 56 kg). Alors que le Japon remportant la coupe du monde de foot, c'est bien beau de rêver et de donner de l'espoir, mais bon. Et pourquoi pas battre les USA aux Jeux Olympiques de basket, aussi (le respect des adversaires, les mangaka s'en moquent souvent ^^).

+] le caractère du héros est également un point fort. Comme le souligne l'auteur, Ippo présente deux facettes : celle de l'éternel challenger mais disposant d'une volonté de fer sur le ring, et celle du gars timide, gauche et peu assuré en dehors. Pas d'arrogance chez Ippo, mais du répondant quand c'est nécessaire. Contrairement à Takamura qui jouit d'un talent inné pour la boxe (son personnage est presque toujours à prendre au second degré), Ippo a besoin de son coach pour progresser et franchir les étapes. Cette relation particulière fait qu'il garde toujours les pieds sur terre. Là encore, après un Tsubasa au tempérament lisse et irritant comme pas permis, celui d'Ippo, empreint de modestie, passe comme une lettre à la poste (sauf pour ses collègues du club évidemment). Surtout que sa timidité est source de nombreux gags. En comparaison, on se souviendra (ou pas) que Roberto, l'entraîneur de Tsubasa dans les premiers temps, soulignait très tôt que même sans son apport, son "protégé" progresserait tout de même, car... il copie à merveille et en un instant les techniques que ses rivaux ont mis des années à peaufiner (la belle affaire).

Je pourrais continuer encore longtemps, mais il y aurait certainement de la redite. J'estime néanmoins que pour plus d'une centaine de tomes, et pour un manga de cette qualité, un aussi gros pavé n'était peut-être pas franchement nécessaire, mais pas non plus délirant vu ce qu'il y avait à dire.


II] Vaut-il mieux lire le manga ou visionner l'anime ?
Pas de spoiler :

J'ai surtout lu le manga, donc il me sera difficile de me prononcer sur les qualités ou défauts de l'anime en détails.

Au niveau accompagnement musical, à part le thème "Inner Light", aucun autre n'a vraiment retenu mon attention (j'ai écouté les OST rapidement).

L'anime reste tout à fait regardable, mais après avoir lu le manga, il faut savoir que le studio a dû zapper (forme de censure) plusieurs passages à vocation "humoristique", souvent en raison de leur côté graveleux. Et vu que l'auteur continue avec ce type de gags à intervalles plus ou moins réguliers (mais avec une fréquence assez faible), le studio continuera à les censurer. Par conséquent, les transitions ou coupures d'après match sont parfois raccourcies dans l'anime, ce qui le rend moins drôle que prévu finalement, même s'il reste très fidèle à ceci près.

Bref, si vous ne voulez rater aucun gag quel qu'il soit, lisez le manga en priorité. Si vous n'êtes pas très regardant, l'anime fera l'affaire. Personnellement, HnI est un manga qui se "déguste" page par page hors du ring, mais où on peut accélérer un peu le rythme lors des combats.

En parcourant quelques avis d'internautes, je suis tombé sur quelqu'un affirmant être lassé par les transitions ou focus que l'auteur accorde aux autres protagonistes, les assimilant même à des temps morts. Pour moi (et je ne suis pas le seul bien sûr), c'est tout le contraire, ils sont indispensables à l'équilibre de l'oeuvre. Dans tous les cas, HnI n'est définitivement pas un manga qui se lit chapitre par chapitre, encore moins pendant un match. Pour se rendre à l'évidence, ce serait comme visionner un vrai match, mais avec un seul round (3 minutes) par semaine. Donc oui, à lire le manga chapitre par chapitre, une fois par semaine, il est naturel de trouver à redire au rythme, d'autant plus quand on a passé la barre des 100 volumes. Ce qui n'est pas le cas quand on le lit par tome.

Pour la forme et pour les plus curieux qui auraient déjà regardé l'anime mais sans ouvrir le manga, voici un des passages humoristiques dont je parle, adapté différemment dans l'anime : lors du rendez-vous entre Ippo et Kumi, juste avant son match contre Sanada Kazuki, dans le volume 33 (chapitre 296) ou l'OAV Champion Road. Ce passage est retranscrit "rapidement et simplement".


III] A partir de quel tome Ippo s'attaque-t-il à la scène mondiale ?
Léger spoiler :

Une question que l'on se pose logiquement quand on débute un shonen sportif de cette longueur. Après avoir lu 108 volumes, tout ce que je peux dire, c'est que les "choses sérieuses" débutent à partir du 101ème, sans plus de précisions. Mais sans laisser sous-entendre non plus qu'il n'y avait rien de concret ou intéressant avant !

Une autre question que l'on peut se poser est de savoir si l'auteur conclura le manga sur l'obtention du titre de champion du monde pour Ippo, ou s'il continuera avec quelques défenses de titre, auquel cas il y aurait facilement 10 à 20 tomes supplémentaires à prévoir, au rythme actuel.


IV] Les résultats de tous les combats jusqu'au tome 108.
Spoiler :

La liste n'est pas exhaustive, mais elle reprend les principaux combats. J'ai pensé qu'elle était plutôt utile compte tenu du grand nombre de tomes, histoire que ceux ayant "lâché" le manga à un moment donné, pour x raisons, puissent en un coup d'oeil se remémorer les combats passés et leur dénouement. Pour rappel, les boxeurs du club Kamogawa sont : Takamura (présenté comme un génie invincible), le duo formé par Aoki et Kimura (les "loosers" potentiels), Ippo, Miyata (un boxeur talentueux spécialisé dans les contres et accessoirement "l'idole" d'Ippo), puis plus tard Geromichi et enfin Itagaki. A noter que Kimura et Miyata ne boxent pas dans la catégorie de poids idéale pour eux, pour des raisons expliquées dans le manga. En rajoutant Takamura, ce sont les trois qui auront de vrais problèmes de régime à gérer (sans compter Aoki pour le fun).

L'OPBF (Oriental and Pacific Boxing Federation) est la fédération gérant la boxe professionnelle en Asie. Etant affiliée à la WBC, son champion est automatiquement classé dans le top 10 de la WBC.

1) 1er spar entre Makunouchi Ippo et Ichiro Miyata
- Tome 1, Round 2 à 4 : vainqueur Miyata

2) 2ème spar entre Ippo et Miyata
- Tome 2, Round 9 à 13 : vainqueur Ippo (après 3 mois d'entraînement)

A noter : Tome 2, Round 13
Suite à sa défaite humiliante, Miyata décide de quitter le club Kamogawa pour avoir ainsi l'occasion d'affronter Ippo sur un ring professionnel.

3) Takamura (5ème poids moyen) vs Hirano Kazuhiko (3ème poids moyen)
- Tome 2, Round 15 : vainqueur Takamura

A noter : Tome 3, Round 16
Ippo obtient sa licence de boxeur professionnel (catégorie poids plume).

4) Ippo vs Yusuke Oda
- Tome 3, Round 19 à 23 : Ippo vainqueur par KO

5) Ippo vs Yoshio Fujiwara
- Tome 4, Round 25 à 26 : Ippo vainqueur par KO

6) Ippo vs Jason Ozuma (Tournoi Espoir Japon Est)
- Tome 4, Round 30 à 35 : Ippo vainqueur par KO

7) Miyata vs Takada Teruhiko (même tournoi)
- Tome 5, Round 36 : Miyata vainqueur par KO

8) Ippo vs Kobashi Kenta (même tournoi)
- Tome 6, Round 45 à 49 : Ippo vainqueur par KO

9) Takamura vs Yoshiaki Yajima (match pour le titre poids moyen du Japon)
- Tome 6, Round 50 à 51 : Takamura vainqueur par KO

10) Ippo vs Hayami (demi-finale Tournoi Espoir Japon Est)
- Tome 7, Round 58 à 64 : Ippo vainqueur par KO

11) Miyata vs Mashiba Ryo (autre demi-finale)
- Tome 8, Round 66 à 72 : Mashiba vainqueur par KO (après avoir volontairement marché sur le pied de Miyata )

12) Ippo vs Mashiba (finale Tournoi Espoir Japon Est)
- Tome 9, Round 78 à 87 : Ippo vainqueur par KO

13) Ippo vs Sendo Takeshi (finale Tournoi National Espoir)
- Tome 12, Round 98 à 107 : défaite par forfait de Sendo, incapable de se relever de son tabouret vers la fin du combat

14) Ippo vs Keigo Okita (précédent champion Espoir)
- Tome 14, Round 120 à 124 : Ippo vainqueur par KO

15) Miyata vs Paddy Lusak (Miyata combat à l'étranger)
- Tome 15, Round 125 : match nul (on soupçonne un arbitrage maison)

16) Miyata vs Jimmy Sisfer (Thaïlandais)
- Tome 15, Round 128 à 131 : Miyata vainqueur par KO

A noter : Tome 16, Round 133
Geromichi passe pro, mais quitte le club Kamogawa peu de temps après.

A noter : Tome 16, Round 134
On apprend que Mashiba est passé dans la catégorie super-légers (celle de Kimura).

17) Ippo vs Saeki Takuma (Tournoi Classe A)
- Tome 16, Round 140 à 146 : Ippo vainqueur par KO

18) Vorg Zangief vs Suzuki (même tournoi)
- Tome 17, Round 147 à 148 : Vorg vainqueur par KO (il vient de Russie)

19) Ippo vs Vorg (finale Tournoi Classe A)
- Tome 18, Round 159 à 169 : Ippo vainqueur par KO (10 combats pro, 10 victoires, 10 KO)

20) Takamura vs Tamaki (festival des Champions)
- Tome 20, Round 177 à 178 : Takamura vainqueur par KO (3ème défense de titre)

A noter : Tome 20, Round 179
Mashiba bat le champion poids super-légers du Japon.

21) Ippo vs Date Eiji (champion poids plume du Japon)
- Tome 21, Round 183 à 195 : Date vainqueur par KO

A noter : Tome 22, Round 196
Date abandonne sa ceinture et tente une nouvelle fois sa quête du titre mondial, après un échec cuisant quelques années plus tôt face au Mexicain Ricardo Martinez, sorte de légende invaincue de la catégorie.

22) Sendo vs Vorg (match pour le titre laissé vacant)
- Tome 23, Round 199 à 204 : Sendo vainqueur par décision des juges

23) Miyata vs Li Cho Bil
- Tome 24, Round 206 : Miyata (3ème au classement OPBF) vainqueur par KO

24) Ippo vs Ponchai Chuwatana
- Tome 24, Round 211 à 214 : Ippo vainqueur par KO

25) Sendo vs Saeki
- Tome 25, Round 222 : Sendo vainqueur par KO (1ère défense de titre)

26) Date vs Jeff Blakes (5ème mondial)
- Tome 26, Round 224 : Date vainqueur par KO

27) Takamura vs Ito
- Tome 27, Round 235 à 236 : Takamura vainqueur par KO (4ème défense de titre)

28) Sendo vs Shigeta Akira
- Tome 27, Round 239 à 243 : Sendo vainqueur par KO (2ème défense de titre)

29) Ippo vs Sendo
- Tome 28, Round 250 à 267 : Ippo vainqueur par KO (nouveau champion poids plume)

30) Mashiba vs Kimura
- Tome 31, Round 277 à 288 : vainqueur Mashiba

31) Ippo vs Sanada Kazuki
- Tome 34, Round 300 à 313 : Ippo vainqueur par KO (1ère défense de titre)

32) Miyata vs Arnie (champion OPBF poids plume)
- Tome 36, Round 317 à 325 : Miyata vainqueur par KO

A noter : Tome 37, Round 327 à 329
Spar entre Ricardo Martinez et Ippo, avec un Ippo complètement impuissant face aux coups du champion du monde.

33) Date vs Ricardo Martinez (champion WBA des poids plumes)
- Tome 37, Round 333 à 340 : Ricardo Martinez vainqueur par KO

A noter : Tome 38, Round 341
Itagaki Manabu, 2ème au classement national lycéens (derrière Imai Kyosuke, son grand rival), s'inscrit au club Kamogawa.

34) Ippo vs Hammer Nao (Geromichi)
- Tome 39, Round 347 à 354 : Ippo vainqueur par KO (2ème défense de titre)

35) Makino Fumito vs Itagaki (1er combat pro)
- Tome 41, Round 363 : Makino vainqueur (en donnant coups de tête et de coude)

36) Takamura vs Morris West (champion Philippin)
- Tome 41, Round 364 à 368 : Takamura vainqueur par KO

37) Ippo vs Yi Yonsu (Coréen)
- Tome 42, Round 376 à 377 : Ippo vainqueur par KO (3ème défense de titre)

38) Takamura vs Bryan Hawk (champion WBC des poids mi-moyens)
- Tome 42, Round 379 à 397 : Takamura vainqueur par KO (17 combats, 17 KO)

39) Nekota vs Sergent Anderson (flashback)
- Tome 45, Round 405 à 408 : Anderson vainqueur, en frappant derrière la tête (coup du lapin), ce qui est normalement interdit

40) Kamogawa vs Sergent Anderson (flashback)
- Tome 46, Round 409 à 413 : Kamogawa vainqueur par KO

41) Ippo vs Shimabukuro
- Tome 48, Round 426 à 439 : Ippo vainqueur par KO (4ème défense de titre)

42) Aoki vs Imae (champion poids léger du Japon)
- Tome 50, Round 447 à 460 : match nul (Imae conserve son titre)

A noter : Tome 52, Round 460
Aoki compte à ce stade 17 combats pro, 10 victoires, 7 défaites et 6 KO.

A noter : Tome 52, Round 463
Takamura annonce son intention de conquérir 6 catégories de poids (jusqu'aux poids lourds), après son prochain combat.

43) Takamura vs Larry Bernard
- Tome 52, Round 463 à 465 : Takamura vainqueur par KO (défend son titre WBC poids mi-moyens)

44) Spar entre Ippo et Vorg
- Tome 53, Round 474 à 475 : Vorg "vainqueur" par KO

45) Ippo vs Sawamura (un boxeur sadique)
- Tome 53, Round 480 à 502 : Ippo vainqueur par KO (5ème défense de titre)

46) Kimura vs Eleki
- Tome 58, Round 525 à 526 : match nul

47) Aoki vs Papaya
- Tome 58, Round 527 à 528 : match nul

48) Miyata vs Medgoen Dachboy (3ème à l'OPBF)
- Tome 58, Round 529 à 533 : Miyata vainqueur par KO (4ème défense de titre)

49) Takamura vs David Eagle (champion WBC des poids moyens)
- Tome 59, Round 534 à 556 : Takamura vainqueur par KO

50) Itagaki vs Makino Fumito (demi-finale Tournoi Espoir Japon Est)
- Tome 62, Round 564 à 570 : Itagaki vainqueur par KO

51) Ippo vs Karasawa Takuzo
- Tome 63, Round 581 à 591 : Ippo vainqueur par KO (6ème défense de titre)

52) Vorg Zangief (6ème à l'IBF poids super-plumes) vs Eric Thompson (4ème)
- Tome 64, Round 593 : Vorg vainqueur par KO

53) Itagaki vs Imai Kyosuke (finale Tournoi Espoir Japon Est)
- Tome 65, Round 598 à 620 : Itagaki vainqueur par décision des juges

A noter : Tome 67, Round 622 et 626
Ippo demande à son coach l'autorisation d'abandonner son titre national pour pouvoir affronter Miyata, le champion OPBF. Son coach accepte, ainsi que celui de Miyata (son propre père, ancien boxeur). Le match est officieusement prévu après leur prochaine défense de titre respective. Bien entendu, ce match est dans tous les esprits, puisqu'il constitue le fil rouge du manga depuis près de 60 tomes.

A noter : Tome 68, Round 628
On annonce à Itagaki son forfait pour la finale du Tournoi National Espoir, car il n'est pas tout à fait remis de son dernier combat.

54) Ippo vs Take Keiichi (un vétéran pas facile à mettre au tapis)
- Tome 68, Round 635 à 656 : Ippo vainqueur par KO (7ème défense de titre)

A noter : Tome 70, Round 656
A ce stade, Ippo a à son actif 20 combats, pour 19 victoires, 19 KO et une défaite.

55) Miyata vs Che Joun-Bong (6ème à l'OPBF)
- Tome 70, Round 658 à 664 : Miyata vainqueur par KO.

56) Kimura vs Eleki
- Tome 71, Round 668 à 670 : match nul

57) Aoki vs Papaya
- Tome 72, Round 670 à 672 : match nul

58) Takamura vs Richard Fox (3ème à la WBC)
- Tome 72, Round 672 : Takamura vainqueur par KO

59) Mashiba vs Sawamura
- Tome 72, Round 677 à 699 : Mashiba est disqualifié pour s'être acharné sur Sawamura malgré l'intervention de l'arbitre. Sawamura, très mal en point, est donc le nouveau champion poids super-légers du Japon. Mais il est victime d'un accident en moto le soir même, finit à l'hôpital et met alors un terme à sa carrière de boxeur.

60) Sendo (2ème du Japon) vs Jose Ramirez (23ème à la WBC)
- Tome 75, Round 706 : Sendo vainqueur par KO

A noter : Tome 75, Round 709 et 721
Compte tenu des fractures aux poignets qu'a subies Miyata lors de son dernier match, perturbé par la présence dans les tribunes de M. Sakaguchi (une "crapule") et de son boxeur Randy Boy Junior, un champion OPBF par intérim sera désigné pendant sa convalescence (Randy Boy Junior). Le père de ce dernier avait vaincu celui de Miyata en lui brisant la mâchoire (le poussant ainsi à la retraite). Mais il décédait quelques temps plus tard, sans doute en raison des coups reçus.

Vu l'enjeu que revêt ce match, et devant l'insistance de Randy Boy Junior (prétendant numéro 1) qui y voit un signe du destin, Miyata n'a d'autre choix que de faire passer leur combat en priorité. Le match contre Ippo n'aura donc pas lieu, provoquant chez lui une grande déception ainsi qu'une perte de motivation, malgré les excuses de son "idole". Le coach Kamogawa, furieux de cette annulation, exige de rompre tout lien avec leur club de boxe.

61) Itagaki vs Hoshi (champion National Espoir)
- Tome 75, Round 713 à 717 : Itagaki vainqueur par KO

62) Ippo vs Jimmy Sisfer (champion de Thaïlande)
- Tome 77, Round 729 à 741 : Ippo vainqueur par KO

63) Miyata vs le 2ème de Philippine
- Tome 79, Round 746 à 749 : Miyata vainqueur par KO

64) Spar entre Ippo et Mashiba
- Tome 80, Round 764 à 766 : Mashiba "vainqueur"

65) Ippo vs Malcom Gedo (champion de Philippine)
- Tome 81, Round 769 à 790 : Ippo vainqueur par KO

66) Spar entre Itagaki et Randy Boy Junior
- Tome 83, Round 797 à 798 : Itagaki est mis KO

67) Spar entre Miyata et Sendo
- Tome 85, Round 809 à 811 : Sendo "vainqueur"

68) Miyata vs Randy Boy Junior
- Tome 86, Round 820 à 847 : Miyata vainqueur par KO (Sawamura assiste au match). Un combat qui m'a beaucoup déçu, Miyata ayant des allures de Tsubasa, à s'en sortir miraculeusement malgré des côtes cassées (on y croit tous).

69) Takamura vs Ronald Duck (3ème à la WBC)
- Tome 89, Round 848 à 849 : Takamura vainqueur par KO

70) Mashiba vs Aaron Domirego (champion OPBF poids légers)
- Tome 89, Round 853 à 855 : Mashiba vainqueur par KO (après une suspension d'un an et son changement de catégorie)

71) Ippo vs Woli (champion d'Indonésie)
- Tome 90, Round 865 à 897 : Ippo vainqueur par KO

72) Itagaki vs Karasawa (demi-finale Tournoi Classe A)
- Tome 93, Round 901 à 910 : Itagaki vainqueur par KO

73) Ippo vs Kojima Hisato
- Tome 96, Round 931 à 940 : Ippo vainqueur par KO (8ème défense de titre)

74) Takamura vs Peter Rabbitson (5ème à la WBC)
- Tome 97, Round 942 : Takamura vainqueur par KO (dans le 12ème et dernier round)

A noter : Tome 98, Round 948
A ce stade du manga, Itagaki compte 11 victoires (dont 9 KO) et une défaite, et Kimura 15 victoires (dont 9 KO), 5 défaites et 3 matchs nuls.

75) Itagaki vs Saeki (finale Tournoi Classe A)
- Tome 98, Round 953 à 972 : Itagaki vainqueur par KO (et boxeur le plus rapide du Japon)

76) Aoki vs Iga Shinobu
- Tome 100, Round 973 à 976 : Iga vainqueur par KO (en démolissant Aoki à petit feu)

A noter : Tome 101, Round 980 et 1009
Le coach Kamogawa annonce à Ippo, classé 7ème, qu'il est temps pour lui d'abandonner son titre national pour s'essayer au niveau mondial. Miyata et Sendo sont respectivement classés 5ème et 9ème.

77) Vorg vs Mike Elliot (champion IBF des super-plumes)
- Tome 101, Round 984 à 1007 : Vorg vainqueur par KO (malgré un arbitre corrompu)

78) "Spar" entre Sendo et Ippo
- Tome 103, Round 1008 à 1009 : Sendo "vainqueur"

79) Itagaki vs Imai Kyosuke (match pour le titre poids-plumes laissé vacant)
- Tome 105, Round 1022 à 1028 : Imai vainqueur par KO

80) Ippo vs Alfredo Gonzales (Mexicain classé 2ème à la WBC)
- Tome 105, Round 1031 à 1072 : Gonzales vainqueur par KO (22 victoires, 18 KO, 2 défaites (contre Ricardo Martinez))



V] Quelques conseils de vidéo de boxe à voir ainsi qu'un focus sur le match Wladimir Klitschko vs Kubrat Pulev du 15 novembre 2014.
Pas de spoiler :

Ces recommandations s'adressent à ceux qui, comme moi, n'avaient pas spécialement vu de vidéos de matchs avant de lire HnI. Pour situer un peu, j'avais beau être au courant pour les fameuses morsures de Tyson pendant un match, je n'avais jamais vu la vidéo en question. Vous comprendrez dès lors que cette liste n'aura rien d'exhaustif, et n'est là que pour faire gagner quelques minutes à ceux qui auraient eu un cheminement similaire au mien. Par contre, je ne mets pas tous les liens YouTube (la flemme, surtout à cause des liens morts).

Je conseille donc :

- quelques vidéos montrant la danse de Mohamed Ali

- Georges Foreman vs Gerry Cooney (15 janvier 1990)

- Mike Tyson vs Razor Ruddock (18 mars 1991)

- Lennox Lewis vs Oliver McCall (1994)

- le rematch de 1997 où Oliver McCall arrête soudainement de combattre

- Mike Tyson vs Evander Holyfield (8 novembre 1996)

- le rematch du 28 juin 1997 (les morsures aux oreilles)

- une courte vidéo d'un focus sur l'arbitre au moment de la première morsure

- Mike Tyson vs Lennox Lewis (8 juin 2002)

- le documentaire de Canal+ intitulé "les 400 coups de Mike Tyson"

- la compilation des KO de Mike Tyson

- Wladimir Klitshko vs Corrie Sanders (8 mars 2003)

- Vitali Klitschko vs Lennox Lewis (21 juin 2003)

- la vidéo "highlights" du même combat, avec les déclarations des boxeurs

- Floyd Mayweather vs Victor Ortiz, les déclarations des boxeurs juste après la fin de ce match controversé

J'en aurais 2 ou 3 à rajouter plus tard. Concernant les frères Klitschko, je n'ai pas vu énormément de vidéos, mais sur une concernant l'aîné, j'ai trouvé le combat un brin soporifique compte tenu du déséquilibre, avec l'Ukrainien jamais inquiété et se reposant sur l'avantage que lui procurait son allonge (dès que son adversaire s'approchait de lui, il reculait d'autant).

On pourrait comparer ça à ces joueurs de tennis de 2 mètres qui empilent parfois les aces par dizaines. Cela fait partie du jeu, mais ça n'est pas particulièrement distrayant. Je préfère le préciser pour les excités de la critique facile : je ne critique pas cet immense boxeur (déjà, je suis très mal placé pour le faire), je dis juste qu'en tant que spectateur ce match ne m'a pas intéressé, rien de plus.

MAJ du 20 novembre 2014

Oui, après avoir visionné une vingtaine de matchs sur YouTube, la logique a été de suivre en direct le championnat du monde en cours, à savoir le combat entre l'Ukrainien Wladimir Klitschko (62 victoires, 53 KO, 3 défaites) et le Bulgare Kubrat Pulev (20 victoires, 11 KO).

Je tiens à dire que les commentaires enthousiastes ("c'est un match de légende") des présentateurs de l'Equipe 21, le diffuseur, m'ont surpris. Après avoir revu le match en entier, et lu quelques commentaires d'internautes, je me permets d'en reprendre un : "les commentateurs de l'Equipe 21 se sont comportés en vendeurs et non en commentateurs sportifs". Car, en effet, le challenger n'a mis le champion qu'une seule fois en difficulté. Il y a également eu beaucoup d'accrochages. Kubrat Pulev ne boxait clairement pas dans la même "catégorie", même s'il faut saluer son cran ou son courage. Il parait qu'il a bénéficié d'une bourse d'un million et demi d'euros pour ce combat.

Bref, personnellement, je ne suis pas de ceux qui critiquent Klitschko à cause des combats "facilement" gagnés. Ce n'est quand même pas de sa faute si ses adversaires ne sont pas à la hauteur. On a eu le même cas de figure au tennis avec Nadal qui, sur terre battue, n'a eu strictement aucune concurrence. Cela n'a jamais fait de lui un champion critiqué, donc je ne comprends pas pourquoi il y a ces polémiques concernant Wladimir Klitschko. Après, il est évident qu'un tel déséquilibre est mauvais pour le spectacle proposé, et donc l'audience, mais il ne faut pas tout mélanger. En ce qui me concerne, j'ai autant de respect pour un Tyson qu'un Klitschko. Je ne vois pas quoi rajouter de plus. A part que, l'Ukrainien ayant en ligne de mire un record de titres défendus, cela restera relativement intéressant de suivre ses prochains matchs.

Pour terminer sur une note humoristique, vous aurez sans doute remarqué le fait que les frères ont pensé à faire ressortir les lettres K et O de leur nom, sur leur survêtement, pour former "KO".