Vue d'ensemble - Filler Guide


> Naruto

Genre : aventure / monde ninja
Anime : 2002~2007, 220 ép (8) + 2007~2014, 380+ ep (3)
Manga : 1999~2014, 72 vol (5)
Auteur : Masashi Kishimoto




I] A quel endroit du manga s'arrête la série Naruto ?
Pas de spoiler :

Les épisodes 135, 141 et 220 correspondent à peu près aux chapitres 237 et 238 du manga (début du volume 27), les nombreux fillers ayant crée de très légères différences au niveau de l'adaptation (de ces chapitres-là).


II] Quelle est la différence entre Naruto et Naruto Shippuden ?
Pas de spoiler :

Naruto Shippuden est du même auteur que le premier Naruto et en constitue simplement la suite. C'est juste un nom qui a été donné pour distinguer la série d'un point de vue temporel, comme Dragon Ball s'est vu affublé du suffixe "Z" pour marquer le bond de 7 ans.

Sur la forme par contre... Vous avez lu mon commentaire sur l'adaptation de Dragon Ball Z et les épisodes à rallonge ? Et bien souriez ! Non, vous n'êtes pas filmés, mais apprendre que le studio a pour cette version Shippuden concocté et des épisodes à rallonge (25%) et un maximum de fillers (36%) devrait normalement vous arracher un sourire désabusé, amer. Si non, que faites-vous sur ce site ?

Plus sérieusement et en résumé, si vous appréciez Naruto et son univers et n'êtes pas du genre patient, préférez lire le manga plutôt que visionner Naruto Shippuden, qui est pour ainsi dire particulièrement lent ! Pour donner une idée, les 25 premiers épisodes n'adaptent au total que 25 chapitres, soit 2 tomes et demi. Autrement dit, l'équivalent du scénario de 2 tomes et demi parcouru en 7h30 de visionnage ! D'une manière générale, la première série Naruto (sans les fillers) apparaît comme plus intéressante que la suite. Un peu comme Bleach qui peine beaucoup à se renouveler, passé un certain stade.

La note donnée pour Naruto (8) ne tient naturellement pas compte des épisodes fillers, puisque pour cette partie, le studio a eu l'intelligence de les refourguer en un seul bloc parfaitement zappable.

Je sais qu'on pourrait me reprocher d'avoir garni ma page consacrée à One Piece de critiques négatives, et de n'avoir quasiment rien écrit concernant Naruto. Si je préfère de loin Naruto à One Piece (pour son univers et sa bande son), le premier n'est cependant pas exempt de (nombreux) défauts. Mais la note (3) est là pour donner une idée de ce que je pense de la partie Shippuden du manga (après le tome 27). Mais de toutes façons, je n'en écrirais pas des tartines. Il me suffit simplement de dire que le dernier arc, enfin le plus long du manga, est juste... deux fois trop long, répétitif, convenu, sans saveur et submergé de bons sentiments. L'auteur tourne en rond à mort et il n'y a aucun passage qui vous fasse dire : "ah tiens, c'est bien pensé comme retournement de situation !". Non, il n'y a que des twists du pauvre, avec un scénario bon pour les enfants, des "genjutsu" ("Illusion du Phoenix" pour les vieux) qui n'apportent rien. Exit l'ambiance des premiers volumes, bienvenue dans le monde des bisounours où tout le monde se regroupe autour du héros pour communier et fusionner ses pouvoirs. D'accord, ce principe de l'union sacrée autour du héros est présent dans quasiment tous les shonen nekketsu (Dragon Ball, La quête de Dai, etc.), mais dans Naruto c'est juste ultra niais sur la forme et sur le fond...

Je peux aussi citer le trip autour des yeux greffables et interchangeables à volonté, qui au bout du compte fait quand même bien pitié. L'arc en question s'étale du chapitre 515 au dernier (700), soit du volume 55 au 72, soit 17 volumes ! Je ne dis pas que dans les 17 volumes l'auteur brasse du vent, car il y a bien des combats annexes qui ont leur intérêt, leur place dans la narration. Mais tout ce qui concerne les principaux antagonistes ressemble à une belle farce. Et que dire du dernier volume ? Rien, ça suffira comme ça.

Ceci dit, je ne me prononcerai pas pour Shippuden, mais Naruto bénéficie de bonnes musiques dans l'ensemble, dont 2 thèmes d'Orochimaru excellents, dans un genre "Castlevaniesque". Sinon, une des meilleures musiques de l'anime, absente de façon injustifiée (et abusée !) des OST, est celle accompagnant entre autres Gaara. Il a dû s'écouler plusieurs années avant que je pense à rechercher sur YouTube si quelqu'un n'avait pas, à tout hasard, extrait ce thème. J'en ai écouté 3 versions, et je recommande celle-ci :
Naruto unreleased soundtrack - Evil Sand Spirit (version 2, par ddpwoman).


III] L'intérêt des collections de manga (cas des shonen fleuves notamment).
Pas de spoiler :

Je tiens à souligner qu'il n'est pas question ici de se moquer, d'une façon ou d'une autre, des choix des gens. Tout simplement parce qu'ils font ce qu'ils veulent de leur argent, sans que cela ait une quelconque répercussion (négative) sur les autres. Bref, la précision étant faite, je pense que le plus simple, pour mon inspiration et la lecture de cette page, est de balancer directement une petite photo d'illustration :



Cette photo, qui doit avoir plus d'un an, a été prise (impression d'écran) lors d'un précédent achat de manga. J'avais été impressionné par l'importance de cette collection, au point de vouloir en garder une "trace". Je m'étais dit que j'aurais adoré faire partie des potes de "l'heureux" propriétaire, lors du collège. Mais vu qu'il cherche à s'en débarrasser, il faut peut-être dire qu'il "fut l'heureux propriétaire". Je trouve regrettable d'avoir été aussi loin dans une collection pour la revendre au bout d'un certain temps, même si ça reste compréhensible. Les raisons qui reviennent souvent sont :

- récupérer du liquide
- le gain de place ou avant un déménagement
- le côté "obsolète" de certaines séries
- l'envie de passer à autre chose


> Le côté obsolète de certaines séries :

Je veux parler ici en particulier du cas des shonen dits fleuves, c'est-à-dire qui dépassent allègrement la quarantaine de volumes et qui vous bouffent à eux seuls une ou deux étagères de votre bibliothèque. Je l'avais noté dans la liste ci-dessus avant de l'effacer, mais je ferais un parallèle avec l'idée d'une "erreur de jeunesse". Je citerais 4 manga pour tenter de me faire comprendre :

- Détective Conan, qui fera autour de 100 tomes
- One Piece, qui avoisinera les 120 tomes à terme
- Naruto, dans les 70 tomes
- Bleach, dans les 70 tomes

Il n'est pas question ici de traiter de la qualité scénaristique de ces 4 titres (si vous êtes curieux, c'est déjà fait ailleurs sur le site), mais de poser cette simple question : "est-il censé de se lancer dans l'acquisition d'aussi longues séries ?". Je dis bien "acquisition", et non "lecture". J'ai parlé d'obsolescence et d'erreur de jeunesse plus tôt, alors est-il agréable de se retrouver avec d'aussi longues séries passé un certain âge ? Naruto, Bleach et One Piece s'adressent avant tout à un public d'enfants, d'adolescents, voire de jeunes adultes (pour certaines parties), mais très difficilement plus vieux. Pour reprendre une formulation que j'ai utilisée ailleurs, ce sont des séries qui persistent, au fil du temps, à s'adresser à l'adolescent, que vous n'êtes plus depuis un bail (les goûts évoluent). Car, bien évidemment, il y a deux types de public, l'écrasante majorité des ventes étant réalisée avec le premier : les fans de la première heure, qui vieillissent beaucoup plus vite que leurs héros favoris, et les générations suivantes qui pourront se finir tout Naruto en 6 mois à un an, et pour qui le sentiment de lassitude sera forcément moindre, voire inexistant.

A contrario, il est des manga qui perdent peu de leur intérêt, quel que soit l'âge du public, comme Death Note, Dr Slump (il n'y a pas d'âge pour en rire), Gunnm, City Hunter, FMA, Hokuto no Ken, etc. Si vous me dites qu'avec le temps les aventures trépidantes des jeunes Naruto, Ichigo et Luffy font toujours mouche, j'aurais beaucoup de mal à adhérer à cette idée. Bref, il existe selon moi une catégorie de manga qui passe difficilement l'épreuve du temps, qui nous rappelle certes avec nostalgie notre adolescence mais qui, à en juger par les nombreuses annonces de vente sur internet, ne semble provoquer aucun regret une fois la mise en vente de la collection complète décidée.


> Les séries (longues) qui partent en vrille au fil du temps... :

... et qui vous font regretter de les avoir achetées. Pour ma part, j'ai un exemple personnel, et je pense qu'il est partagé par bien d'autres acheteurs : Détective Conan. J'ai du acquérir plus d'une trentaine de volumes, avant d'arrêter les frais devant la redondance plus que pénible du contenu. A l'époque, après avoir acheté un volume neuf, je me souviens parcourir les pages plus ou moins rapidement, en me demandant si l'auteur ne me prenait pas pour une vache à lait en oubliant de faire avancer son intrigue principale, celle-là même qui faisait que son oeuvre était si prenante à ses débuts. J'estime que l'on peut parler d'arnaque éhontée, vis-à-vis du jeune et innocent lecteur et acheteur que j'étais à cette époque. S'il avait clairement annoncé dès le début qu'il comptait "pourrir" / faire traîner son oeuvre en multipliant les enquêtes classiques sans importance, je serais passé à autre chose bien plus tôt.

Et cela donne quoi ? De superbes annonces bien tentantes (pour les fans qui subsisteraient) sur Le Bon Coin, où plein de tomes apparemment bien conservés sont proposés à prix cassés, preuve de la décote du titre. C'est un peu la même galère avec Bleach, où l'auteur nous avait gratifié d'une vingtaine de tomes avec une excellente intrigue, pour ensuite amorcer une véritable descente aux enfers d'un point de vue scénaristique. Même si on me donnait ces tomes, je n'en voudrais pas. J'ai donc une pensée compatissante pour tous ces fans de la première heure qui se retrouvent avec des lots invendables. Le cas est quasiment identique concernant Naruto où, alors que les 30 premiers tomes étaient assez intéressants, l'auteur a ensuite étrangement orienté son oeuvre vers le public des 7-15 ans. Pour One Piece, je m'abstiendrais ici de commentaires.


> Le risque d'être pris pour le dindon de la farce :

L'idée de ce paragraphe m'est venue à l'esprit en me relisant et c'est bizarre, car c'est pourtant un des sujets les plus brûlants ou scandaleux concernant le petit monde du manga. Comme si devant la multiplication des faits, cela tendait à se banaliser (et donc s'oublier). Je citerais 3 cas emblématiques (tous issus de Glénat, tiens donc) :

- les 6 éditions de Dragon Ball
- One Piece qui change de sens de lecture après 15 tomes parus
- la nouvelle édition de One Piece après plus de 60 tomes parus
- la nouvelle édition de Gunnm Last Order après 15 tomes parus sur 19

Mettons-nous une minute à la place du fan de One Piece qui a gentiment fait exploser sa tirelire pour acquérir 60 tomes, et qui se retrouve d'un coup d'un seul avec une nouvelle édition, où divers noms mal choisis à l'origine sont changés. Est-ce de sa faute ? Bien sûr que non (et oui, cette question est idiote). Il se retrouve maintenant avec une collection invendable (car périmée), si jamais l'envie lui prenait un jour. J'en ai déjà parlé ailleurs, mais c'est maintenant une montagne de tomes de Gunnm Last Order qui se retrouvent sur Le Bon Coin. Il y a même des petits filous qui cherchent à grapiller quelques euros en tentant de faire passer cette édition pour rare, car plus commercialisable.

Sauf que ce qu'ils ne disent pas, c'est qu'il est dans les plans de Glénat de publier un jour la nouvelle édition (celle du Japon), et dans son sens de lecture originale (parfaite en somme). Bref, voilà le type de gens que créent des éditeurs comme Glénat : des filous ! Ces éditeurs prennent les acheteurs pour des pigeons, les arnaquent, et bien évidemment en retour, les acheteurs lésés cherchent à leur tour à arnaquer les gens les moins informés. J'avoue qu'avec ces épisodes concernant les éditions bâclées de One Piece et GLO, cela m'a passé l'envie pour toujours d'acheter d'autres manga Glénat neufs. Et je ne parle même pas de Dragon Ball et ses 5 "éditions spéciales vaches à lait", avant d'enfin en sortir une qui vaille le coup, mais comme dit dans le site en lien, malheureusement "10 ans trop tard". J'aime bien le résumé de cette page d'ailleurs, je cite :

"Après avoir vendu de la merde aux fans de Dragon Ball, est enfin arrivée l'édition Kanzenban en France. La première édition est foutrement mal traduite. La seconde était une insulte au monde de l'impression en général [...]."

Je me réserve la conclusion pour plus tard.