Vue d'ensemble - Filler Guide


> Wolf's Rain

Genre : monde apocalyptique
Anime : 2003, 30 ép (2)
Studio : Bones





I] Y a-t-il des épisodes zappables ?
Pas de spoiler :

Oui, quatre précisément. Les épisodes 15, 16 et 17, qui ne sont que des résumés. Pour le 18ème, chose très intelligente s'il en est, le studio a ressorti 95% de récapitulatif pour une dernière minute inédite, et qu'il vaut mieux ne pas zapper. Quelle brillante idée...


II] Mon avis sur l'anime Wolf's Rain.
Très léger spoiler :

Avant de me lancer dans ce titre, j'avais lu une ou deux critiques disponibles sur le site animeka. Il en ressortait que c'était un anime de qualité, avec comme défaut un problème de rythme. Surtout, les rédacteurs mettaient en cause la présence de 4 (!) épisodes résumés. Je m'étais naïvement dit qu'en sautant ces fameux épisodes, j'allais pleinement profiter de cette série.

N'eut été la création de ce site, je n'aurais pas regardé certains anime. Chacun se développe une sorte de flair (je ne parle pas d'a priori) qui en quelques secondes fait pencher la balance de la motivation d'un côté ou de l'autre. Ce flair qui se base sur l'expérience de visionnages précédents bien entendu. A titre d'exemples, mon point de vue n'a globalement pas changé entre le début et la fin du visionnage de :

- YuYu Hakusho, Trigun, Samurai Champloo, Angel Heart, Black Lagoon, Fate Stay Night, GTO, One Piece

Et bien sûr les titres que j'ai pu parcourir rapidement mais dont je n'ai pas parlé sur ce site, comme Initial D, un anime avec très peu de renouvellement. Si je devais citer 4 bonnes surprises, ce serait JoJo's Bizarre Adventure, Ranma 1/2 (beaucoup d'humour, même si répétitif comme un Nicky Larson), la première version d'Hunter x Hunter (son début catastrophique est trompeur) et Hajime no Ippo. Bref, tout ça pour dire que, personnellement, Wolf's Rain va lui sagement se ranger dans la première catégorie, celle des anime où dès les 4 ou 5 premiers épisodes vous savez pertinemment à quoi vous en tenir.

Pour résumer, le principal défaut de Wolf's Rain a déjà été énoncé : son rythme. Mais ce défaut est omniprésent et représente un boulet en soi, quelque chose qui empêchera certains téléspectateurs d'apprécier la série, alors qu'ils auront pourtant fait preuve de bonne volonté. La série peut se décomposer en 3 parties :

- d'abord, les 14 premiers épisodes, qui forment un ensemble (trop) homogène. Hormis le 14ème avec sa fin à suspense, pas un ne se démarque particulièrement du lot, comme on pouvait en trouver dans Cowboy Bebop (le 5ème par exemple). Autrement dit, si le rythme et le contenu du début vous plaisent, cette "saison 1" devrait vous plaire également. Dans le cas contraire, vous savez à quoi vous attendre. Je ne saurais que trop vous conseiller de regarder les épisodes par paquet de 3, à cause des longueurs et du rythme (soporifique) général, et de faire une pause à la fin de cette saison.

- ensuite, on ne sait trop pourquoi, le studio nous balance à la figure 4 épisodes résumés (15 à 18). Mais il a fait fort en rajoutant une minute d'inédit à la fin du 18ème. Le visionnage de cette séquence est plutôt recommandé.

- enfin, la "saison 2", c'est-à-dire de l'épisode 19 au 30. Le rythme ne change pas d'un pouce. C'est toujours aussi lent, mais on sait au moins que plus le temps passe, plus le dénouement approche. Que plus le supplice approche de son terme. Je fais partie des téléspectateurs qui aiment bien terminer leurs séries, aussi mauvaises soient-elles, pour peu qu'il n'y ait pas une flopée d'épisodes. Cette saison 2 comporte en outre quelques maladresses scénaristiques, comme le chasseur qui devient pénible au bout d'un moment. Il incarne les clichés habituels du "revanchard" qui se trompe de cible, le reconnaît maintes fois en son for intérieur, mais s'entête malgré tout. Ou bien cet épisode complètement tiré par les cheveux où Hige affronte un morse géant et aurait donc dû clamser 10 fois.

On peut dire que ça commence à bouger à partir du 25ème épisode, qui amorce d'ailleurs la conclusion de la série. Une série à l'atmosphère définitivement sinistre, où les personnages évoluent dans un environnement hostile et froid. Rémi sans famille était triste lui aussi, mais il y avait quand même quelques passages porteurs d'espoir. Ici, tout est joué sur le même ton, la même note morose à souhait, en plus d'être manichéen à mort. Un anime est fait pour divertir, non ? De plus, j'en ai rarement vu où les personnages principaux manquaient à ce point de charisme, d'envergure, d'emprunte sur leur entourage et environnement. La jeune fille remporte sans problème la palme du personnage le plus inutile jamais vu (certes talonnée de près par Saori/Sakura/Orihime et j'en passe). Ce qui est sûr, c'est que si vous le regardez en vostfr, le mot "rakuen" (paradis) sera gravé dans votre cerveau, tellement il est répété au fil des épisodes.

Pour parler de la fin sans trop la spoiler, elle est on ne peut plus quelconque. Il n'y a pas grand-chose à grignoter, à méditer. Honnêtement, je m'attendais à un final intense, et j'ai été légèrement déçu. Cela paraitra paradoxal, mais il est des séries que l'on suit sans rien attendre, tout en espérant quand même que leur conclusion nous fasse mentir, ou plutôt nous surprenne. Que la série se rattrape grâce à un dénouement rondement mené. Ici, rien de tout ça. C'est expédié en une minute, dans le style "débrouillez-vous avec". Et le paradis, euh pardon... le "rakuen" dont on nous a rabâché les oreilles à longueur d'épisodes ? Bah, je ne sais pas pour les autres, mais pour moi ce "pitch" de départ est une belle arnaque. Tiens, ça me fait penser, mais juste sur ce point-là, au dessin animé Monster. Eh bien si vous l'avez vu, attendez-vous au même type de "fin qui laisse sur sa faim". Sauf qu'au contraire de Monster, Wolf's Rain ne laissait quasiment rien à grignoter avant d'arriver là, d'où cette frustration. C'est en somme un anime qui a juste oublié d'être intéressant.

Je sais que ceux qui ont aimé, car il est généralement admis qu'il en faut pour tous les goûts, vont pointer du doigt la poésie qui se dégage du titre. Qu'ils ont apprécié voir gambader dans la neige une meute de loups avec une fille végétale. Que la quête d'un monde idéal change de ces anime où le scénario est carré et prévisible. Dans l'absolu, je trouve ce "concept" très intéressant, car justement il sort des sentiers battus. Mais il fallait s'arranger pour en faire le tour en 13 épisodes, et pas le double, au risque de lasser.

Côté doublage japonais, le personnage principal a la voix du doubleur de Light dans Death Note. Les 2 points sont pour la réalisation globale.